1er sujet :

C’était un petit mur de pierres depuis combien de temps était-il là ? Qui l’avait bâti ? Et dans quel but ?

 Afficher l'image d'origine

Au village on dit que c’est le « vieux Michel » qui avait construit un abri pour les animaux qui s’y réfugiaient lorsqu’il pleuvait neigeait …

Mais avec le poids de la pluie, le terrain s’était affaissé et petit à petit, l’abri s’était écroulé, il ne restait plus qu’une partie du mur du fond.

 

Le toit en fines palettes et l’avant  n'étaient plus, il n’en restait que des rondins, Michel avait voulu le réparer,  mais maintenant ce sont les voitures roulant trop vite qui le démolissent en l’emboutissant !!

 

Bref plus d’abri pour les renards, lièvres… C’est bien triste, car même les enfants allaient s’y abriter en cas de pluie précipitée en été…

 

2ème sujet :

 

dame natre de Joseephine wall

Joséphine Wall

MERE NATURE ET SON AVENIR 

 

Le hibou s’est réfugié dans le grand Chêne.

Entre ses feuilles filtre la lumière du Jour

Non loin sur le bord de la Fontaine

Un oiseau virevolte encore et Toujours

 

Des milliers de pâquerettes recouvrent une Tombe

Jamais personne n’y est venu pleurer ni Consoler

Chaque automne, une manne de châtaignes y Tombe

Qui y est enseveli ? Personne pour en Parler

 

La beauté de notre nature est Universelle

Son pouvoir sur notre vie, notre quotidien, est géant

Sans cette eau pure qui ruisselle

Sans les animaux, nous serions réduits à néant.

 

Faisons honneur au soleil qui ne cesse de luire

Ainsi au fil de l’année, nous pouvons semer

Pour ensuite récolter et produire

Ses aliments que nos allons tant aimer

 

Par-ci par-là, découvrons de vieilles ruines

Dont nos ancêtres connaissaient le secret

Le gibier a trouvé lie de recueil en haut des collines

Renards, lièvres et marmottes se cachent au creux de la forêt

 

Les taupes ont fait leurs galeries sous de petits dômes

Et l’on entend les oiseaux siffler, chanter.

La nuit, les ailes des chouettes font craindre des fantômes

La nuit, les enfants ont peur de venir visiter

 

Pourtant que sont tristes les nouvelles

Notre nature se meurt  et laisse aller ses pleurs

Pouvons-nous espérer des saisons plus belles

Et pour tout humain et animal un avenir meilleur

 

Certains pour la nature font tant de sacrifices

Afin de nous offrir un havre de paix

Pour que nos enfants vivent dans des conditions propices

Et non dans cette pollution au rideau si épais

 

Les espèces disparaissent et meurent

Qu’en sera-t-il de notre avenir

Et pour ceux qui demeurent

Ils seront à protéger, voire bénir

 

Quels seront nos paysages futurs

Les bourgeons seront-ils encore éclos?

Ou n’entendrons-nous du vent que les murmures?

Et de Mère Nature les longs sanglots?

 

Tâchons de garder nos âmes sereines

Arrêtons de penser et venons nous reposer

Adossés face à de majestueux frênes

Où jadis nos ancêtres ont échangé leurs premiers baisers

 

Assoula 21/01/2017

 

Découvre l'univers d'Assoula sur son joli blog :  //chezassoulawarda.canalblog.com/