Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 17 du 28/11/2016 - 2 premiers sujets

1er sujet :

 Afficher l'image d'origine

Illustration :  //cicise.unblog.fr/2014/12/31/une-ronde-autour-du-monde-pour-2015/

 

 

Elle était entrée dans cette farandole avec plaisir. C’est son côté girouette qui l’avait poussée en avant. Tantôt gaie, tantôt triste, ses amies disaient d’elle, qu’elle était bipolaire. Pourquoi diable devaient-elles toujours porter des jugements et poser des mots sur tout ? Sa danse folle s’était terminée brutalement dans un portemanteau, quand le type qui la précédait avait lâché sa main et rompu la chaîne. Elle s’était retirée, fatiguée et un peu endolorie.

 

Rentrée chez elle, elle avait posé ses clefs sur la méridienne de l’entrée, s’était déshabillée pius, elle avait pris un bain bien chaud qui l’avait relaxée.

 

 

À présent, prête à se coucher, elle observe dans son miroir l’énorme hématome qui colore le haut de son bras. Quelle idée saugrenue de se lancer tête baissée dans cette gigue de village ! Elle va dans sa chambre, se couche, remonte la couette sur son visage et s’endort.

 

C’est un petit robot qui la réveille.

 

-          Tu as bien dormi ?

 

Elle se frotte les yeux, persuadée d’être en train de rêver. 

 

-          Inutile de te cacher sous ta couette, je te vois !

 

Et voilà le curieux personnage qui se met à danser comme un fou.

 

-          Cette fois, c’est certain, je deviens folle !

-          Si tu continues à m’ignorer, je te crache dessus !

 

Furieuse, elle sent sa colère qui enfle.

 

-          Non, mais zut, alors ! C’est quoi ces manières ? Pas moyen de dormir tranquille. Zou ! Du balai !

 

Et la voilà qui plonge à nouveau sous sa couette. Un peu plus tard, c’est le vent qui souffle au-dehors qui la tire de son sommeil.

 

-          Midi ! Diable, j’ai dormi plus de dix heures ! Au moins, ce vilain robot est parti. Remue-toi, tu as assez dormi

 

C’est le moment que choisit son chat pour se manifester. Il est temps pour elle de le nourrir.

 

-          Décidément, la farandole ne me réussit pas !

 

 

2ème sujet :

Afficher l'image d'origine

Illustration :  //www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2012/11/22/raoni-a-niort-ce-mercredi-5-decembre/22938909-1-fre-FR/Raoni-a-Niort-ce-mercredi-5-decembre_reference.jpg

 

 

« À l’aube, ils tombent en masse du ciel, passent par-dessus les remparts, caracolent au-dessus des toits, descendent lentement entre les hautes maisons. »

 

Ce sont les ombres de la nuit

Celles qui avancent sans bruit

Qui génèrent de la peur

Ou mettent fin aux douleurs

 

Ce sont les fées des logis

Qui travaillent sans bruit

Pour qu’au matin nouveau

Tout nous semble plus beau

 

Ce peut-être aussi des anges

Qui pour des raisons étranges

Veillent sur nous sans faille,

Nous, les petits dieux de paille.

 

Mais au-delà des croyances

Il faut que brille l’espérance

Cette lumière guérit de tout

Et met les hommes à genoux

 

Car quand coulent le désespoir

Le seul remède reste l’espoir.

Le barrage des financiers malhonnêtes

Ne peut rien, face à Raoni qui s’entête

 

Car lui le sait, il la connaît

On ne peut la domestiquer

Elle, principe de vie depuis si longtemps

Qui peut déclencher ses éléments

 

Car si  l’eau arrive à se libérer,

Bien des remparts vont sombrer

Plus rien ne vivra dans nos cités

Notre monde n’aura plus d’humanité.

 

Mais je sais qu’il reste un espoir

Celui tenu, qu’un beau soir

Venu du fond de nos âmes

Ressurgisse notre flamme

 

Je rêve que cette vague enfle et gronde

Qu’elle dessine un Nouveau Monde

Qu’elle vienne rompre nos amarres

Et nous offre un nouveau départ.

 

Une fois les peuples libérés

Les Indiens garderont leurs forêts,

Les îliens, leurs îles de rêve

Et nous tous, nous bâtirons nos rêves

 

Maridan 28/11/2016



30/11/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres