Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

atelier 6 du 14/03/2016 par Tithem

1er sujet : Le personnage

 homme brun.png

Nous  voici devant un jeune homme de vingt ans, grand de taille et mince. Il nage dans son pantalon. A-t-il seulement des fesses ? Il marche la tête haute, très taciturne, le regard vide de toute émotion.

 

Il a une belle carrure.  Ses épaules sont larges et son torse paraît accueillant.  Ses mains ne sont pas celles d'un manuel. Elles semblent douces et peuvent effleurer la peau d'une femme.

 

Avec des jambes très minces et son air bougon, sa démarche est celle d'un cow-boy . Seules ses épaules lui donnent un peu de charisme. Peut être est-ce dû à la déformation professionnelle de son poste d’agent de sécurité dans un grand hôtel de luxe, qui lui demande beaucoup de sérieux et une attitude stoïque. 

 

Son visage est gris, et ses joues sont creusées, cela est sans doute dû au cannabis qu'il fume à longueur de journée. 

Ses cheveux châtains, la pâleur de son teint, et des traits fins dévoilent un beau jeune homme. Son front est étroit et je doute de son intelligence, car il est dit qu'un grand front est signe de savoir.

Je me délecte de dire des idioties.

 

Son nez est parfait. Cela rehausse sa beauté. Sa bouche est mince et ses lèvres sont pincées. Il n'est guère souriant. On perçoit qu'il n'a pas été gâté par la vie. Mais quoi ? Son visage est si fermé que l'on y lit de l’austérité. Ses yeux sont cernés  par la consommation excessive de cannabis et les nuits blanches passées avec sa nouvelle copine, Elsa. Pour lui, c'est une conquête. 

Il ne parle pas. Il bouge légèrement la tête pour s'exprimer. 

 

Maintenant, Elsa le connaît bien. Il est peut-être intelligent, mais tout aussi ennuyeux. Il est si franc qu'il en est parfois blessant.

 

Elle ne le trouve pas aimable pourtant, elle sait qu'il mérite d'être aimé, car il a eu une mère méchante et indigne. Une mère qui vivait la nuit en lui laissant, à l'âge de dix ans, la garde de son frère de deux ans, chaque soir. Pour le punir de quelques bêtises, elle missionnait ses copains pour le corriger. 

 

Ça y est, il s'est épris d’Elsa. Chaque soir, il apporte le dîner chez elle et cuisine. Il a une passion pour la musique soul.  Elsa est bien tombée, car c'est sa génération, elle qui a douze ans de plus que lui.

L’amour n'a pas d’âge, surtout dans ce couple. Il est comme un vieil introverti de vingt ans et elle une jeune extravertie de trente-deux ans. Alors leur différence d'âge ne se perçoit pas. Une année de complicité,  de musique, de joints, d'amour charnel et aucune sortie.

 

Elle tombe enceinte. Pour lui, c'est un psychodrame.  Il passe la nuit à la dissuader de garder le futur bébé.  Elle s'obstine. Le lendemain, il lui rétorque : « si c'est une pisseuse, je te quitte. » Elle ne dit rien. Même ses parents font pression sur elle : « il n'y a pas de bâtard dans la famille ! »

 

Quelques jours plus tard, cherchant son briquet, il s'en prend à Elsa. C'est de sa faute, s'il a disparu, affirme-t-il. Elle se rebelle et là, comble de l'horreur, il la soulève par le cou, dos à la porte d'entrée, et la phrase fatidique est prononcée : « à partir de maintenant soit enceinte et tais-toi. »

 

À ses yeux révulsés, elle comprend rapidement qu'elle a à faire à un homme autoritaire et violent. Elle aurait dû écouter cette petite voix intérieure, le jour de leur rencontre, « il est bizarre, je ne le sens pas ce type-là. Il parle si peu qu'il est difficile de cerner sa personnalité. » 

 

Deux garçons  naissent de leur union. Puis huit ans passent, après toutes sortes de brimades, elle s'enfuit avec ses enfants du domicile conjugal. 

 

Elle lui a pardonné grâce à des groupes de paroles pour femmes battues. Il voyait en chaque femme sa mère prostituée et donc se vengeait sur elles. Avec ses deux garçons, il se comportait en papa poule.

Elle a compris, elle-même, qu' elle avait reproduit un schéma familial de famille violente. Elle était restée, car pour elle, sa famille avec son mari était le seul modèle qu’elle avait connu.

 

Lui était le portrait même du manipulateur pervers narcissique.  Manipulateur, car tout était à cause d'elle. 

 

Pervers par ses nombreuses déviances sexuelles.

Narcissique par son extrême confiance en lui.

Huit ans après son calvaire elle réapprend à vivre avec ses deux amours.

 

Tithem 22/05/2016

 



26/05/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres