Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier du 2/11/2015 sujet 2

Dieu

 Afficher l'image d'origine

Illustration : Wojtek Siudmak - Genese 

  • À quoi songes-tu ?
  • À la futilité des choses de la vie !
  • Curieuse préoccupation, que celle-ci ! Pourquoi donc réfléchir à cela ?
  • Et pourquoi pas ? À quoi voudrais-tu que je pense ?
  • À moi, par exemple.
  • Tu ne manques pas de toupet ! Que fais-tu de tes journées ? Tu te balades, tandis que des hommes, des femmes, des enfants meurent. Tandis que partout que notre Terre la misère règne, et que partout où règne ladite misère des gens se gavent jusqu’à s’en faire péter la panse.
  • Et puis quoi ! Ce serait ma faute peut-être !
  • Bien sûr ! Tu as créé le monde d’après leurs livres saints, bien trop nombreux à mon avis. Et tu ne sembles pas capable de le gérer.
  • Tu en as de bonnes toi ! Je vous ai offert un monde que vous vous ingéniez à meurtrir. Ce n’est jamais votre faute ! Toujours celle des autres ! Ah oui, les autres, parce que vous n’êtes même pas capable de voir que vous êtes tous frères.
  • J’ai créé toute vie sur cette planète et je vous ai donné les moyens de subsister « largement » et qu’avez-vous fait ? Vous vous reproduisez sans discernement, assouvissant vos envies sans aucune réflexion. Vous vous autodétruisez et c’est moi qui serais responsable ! Vous ne manquez pas de culot !

De rage, je me redresse prête à tordre le cou de ce Dieu vindicatif avant de m’apercevoir que je suis dans mon lit, qu’il fait nuit noire et que je suis seule. Pas bon de lire les autodafés, cela m’a totalement chamboulée. Allez, je retourne au lit ; demain sera un autre jour.

 

À peine avais-je fermé les yeux que Dieu était là à nouveau.

 

  • Dis donc petite maligne, toi qui es si futée. Je te confie les rênes de la Terre, montre-moi ce que tu vas en faire.

Lorsque je me suis réveillée le lendemain matin, j’avais sur ma table de chevet une mappemonde avec une sorte de grand miroir au-dessus. Lorsque j’ai posé mes yeux sur ce miroir, je me suis retrouvée aspirée vers l’intérieur de la mappemonde et je suis passée à travers le miroir à grande vitesse.

Me voilà bien, à présent, devant la porte de cette hutte de terre avec tous ces petits gamins dépenaillés qui me tendent une main pleine d’espoir. C’est un cauchemar que puis-je faire ?

 

  • Tu es Dieu, alors fais de ton mieux !

Et voilà ! ça m’apprendra à dire des sottises. La prochaine fois, je tournerai sept fois ma langue dans ma bouche avant d’attaquer Dieu. Dites les amis, vous n’auriez pas quelques idées pour que j’améliore le monde ?

 

Maridan 12/12/2015



12/12/2015
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres