Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 1 - 2021 - sujet 1

a1s1.jpg

La propagande se construit d’emblée quel que soit l’environnement dès l’instant où s’érige le refrain d’une pensée en devenir d’idée. A un rythme lent, effréné ou saccadé, elle s’impose et prolifère telle une herbe sauvage ne craignant point l’aridité d’aucun sol, aussi hostile soit-il.

 

La propagande est tenace telle une herbe vivace.

 

Tremblant au début, craignant de n’être vouée qu’à palpiter entre les pages des livres, elle caresse le projet  de se déployer en endoctrinement car son goût prononcé pour la persuasion lui fait espérer la conquête instantanée de partisans fascinés.

 

La propagande brille par la férocité de son ambition démesurée.

 

Elle se dit que demeurer sage et tranquille dans le silence des lignes et le bruissement des pages n’est pas une fin en soi dans ce vaste monde. La mégalomanie est sa philosophie, alors c’est parti ! Proprette dans son kit rutilant d’idéologie, elle ne laisse rien au hasard car elle séduit sans fards avec ses allures de vérité indubitable.

 

La propagande mate et formate sans efforts les âmes dépossédées d’esprit critique, celles-là même qui n’ont de cesse d’être guidées au risque d’être muselées.

 

A l’image des corbeaux dont l’acuité visuelle n’est à nulle autre pareille, la propagande reconnaît ces proies malléables à l’envi et, sans hésitation, leur fonce droit dessus, si toutefois elle a pu s’affranchir du filtre de l’écriture.

Ainsi libérée, sa victoire est bien certaine se dit-elle en son for intérieur et, savourant d’avance son hégémonie en marche, elle arbore un étrange sourire qui en dit long sur son avenir.

 

La propagande règne en despote incontesté jusque sur les hauts plateaux de l’humaine destinée quand maître et Dieu ont perdu leur attrait, reléguant liberté et dignité au triste statut d’incivilité.

 

Sonia



28/05/2021
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 308 autres membres