Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 11 - 2024 - Sujet 5

 

 

 

Isis et Grand Ma

 

Vraiment ma fille exagère lorsqu’elle parle de ma petite-fille : une enfant difficile !!! Et puis encore !!! Je vais m’occuper de cette petite ! La vie en ville ne lui convient pas, c’est tout simple. Du bon air, une nourriture saine et du calme lui feront du bien. Je suis consciente que ça ne va pas être facile tous les jours, mais nous y allons y arriver.

 

  • Ma chérie, j’ai rencontré la directrice de ton collège et d’un commun accord nous avons décidé que tu n’irais plus en cours pour l’instant. Tu suivras tes cours par correspondance.
  • Mais maman, ce n’est pas juste, je n’ai rien fait de mal !
  • Tu as perdu beaucoup de poids. Tant que tu n’auras pas trouvé la raison de ton mal-être, tu ne peux continuer ainsi. Ta grand-mère a accepté de t’accueillir. Voici les leçons et les devoirs que tu devras suivre pour ne pas prendre trop de retard. Nous partons en début d’après-midi.
  • Papa est au courant ?
  • Ton père est certes à New York mais il continue à veiller sur toi. Il s’inquiète et il désire que tu ailles bien.
  • J’imagine que je n’ai pas mon mot à dire !

 

Voici leur voiture, je me précipite pour les accueillir. Mon Dieu, ma pauvre pitchounette a littéralement fondu et a une mine de papier mâché. On dirait un petit oisillon tombé du nid !

 

  • Mes chéries, quelle joie de vous voir ! Entrez vite, vous devez être fatiguées.

 

Grand-Ma est une petite dame aux cheveux blancs coiffés en chignon avec des yeux verts pétillants. Elle aime m’appeler Darling. Elle habite une jolie petite maison, bordée d’érables, en rase campagne. Je la connais peu, je ne l'ai pas beaucoup vu pendant ma petite enfance, mes parents n’ont jamais le temps. Le boulot, le boulot !!!

Quand je me lève, Maman est déjà partie. En découvrant son absence, un poids m’écrase et m’empêche de respirer, la même souffrance qu’à l’école ressurgit.

 

Ayant constaté le peu d’appétit d’Isis, je décide de faire comme pour les bébés et lui concocte de petites bouchées variées. Je la laisse dormir tout son saoul mais la petite est une vraie écorchée vive et fermée. Elle grignote sans plus et s’enferme dans sa chambre toute la journée avec son ordinateur.

 

Cela fait déjà une semaine que je suis à la campagne et il n’y a vraiment rien à faire, heureusement j’ai mes séries.

Un matin, Grand-Ma entre dans ma chambre, ouvre les volets et la fenêtre en grand. Je grogne et mets la couette sur ma tête. Mais cette dernière ne se laisse pas démonter et s’assied à côté de moi.

 

  • Darling, sais-tu que les femmes de cette famille ont un don de clairvoyance, un peu comme les sorcières.
  • Sorcières, comme dans les romans, les histoires pour enfants ?! Je peux jeter un sort ?!
  • Non. Pourquoi ?
  • Ainsi, je ne serai plus seule au collège, je pourrai avoir une amie. Je pourrai transformer ceux qui se moquent de moi en animaux moches. Je ne serai plus nulle. Je n’aurai plus ce poids sur la poitrine qui m’étouffe et m’empêche de manger.
  • Darling, tu es quelqu’un de sensible et tu dois croire en toi. Pour développer ta force mentale, il te faut un entraînement de base. Tu verras plus tard, tu affronteras plus facilement l’adversité. Es-tu prête ?

 

Pour la première fois, je vois une lueur s’allumer dans les yeux d’Isis.

 

  • Que penses-tu de ce programme : se coucher et se lever tôt, manger correctement, faire du sport et avoir un rythme de vie régulier. Maintenant, prends ce panier et allons-y.

 

Pour la première fois, j’ai l’impression qu’une porte s’ouvre devant moi. Grand Ma me tend un panier, me fait un clin d’oeil et me fait signe de la suivre. Nous empruntons un sentier qui part à gauche au fond du jardin. Le temps est magnifique ! Nous arrivons à un petit sous-bois ensoleillé et là un spectacle inouï s’offre à moi : le sol est recouvert de petits bijoux rouges, juteux et odorants. Ce sont des centaines de fraises des bois !

 a11s5.jpg

  • Darling, au travail ! Une fois la cueillette terminée, nous ferons des confitures.

 

Le poids qui pèse sur moi me semble plus léger et le soir, à ma grande surprise, je mange avec gourmandise... je m’endors facilement avant 23 heures.

 

Rapidement, notre duo trouve son rythme. Le matin, je vais chercher des œufs dans le poulailler et nous prenons un bon petit déjeuner ensemble. Ensuite, répartition des tâches : ma grand-mère s’occupe de la lessive et je fais le ménage. Nous poursuivons par un cours de botanique, J’apprends vite, il paraît.

L’après-midi, j’ai quartier libre et j’en profite pour travailler mes cours mais aussi dessiner et lire. Nous nous retrouvons en fin d’après-midi pour une balade, un cours de cuisine… J’ai envie d’apprendre plein de choses. Ma grand-mère ne sait pas rester inactive et sait merveilleusement bien transmettre son savoir. Nous avons des discussions animées sur plein de sujets. J’aime sa sagesse.

 

Isis a bien changé depuis son arrivée. Elle s’est transformée en une jeune fille enjouée, spontanée. L’angoisse semble avoir disparu et elle a retrouvé quelques rondeurs. Je redoute le moment où elle repartira. Je sais déjà qu’elle est forte et qu’elle ira loin dans la vie. Elle est passée par bien des épreuves malgré son jeune âge : harcèlement au collège qui a entraîné une anorexie, son père à New York pour raisons professionnelles qu’elle voit peu même s’ils s’appellent tous les jours, sa mère qui ne vit que pour son travail, sa solitude quotidienne.

Pour l’instant, très complices, nous faisons la cuisine ensemble, tricotons, brodons et jardinons. Cette jeune fille s’intéresse à tout.

 

  • Darling, j'aimerais que tu choisisses un endroit dans le jardin qui ne sera qu’à toi, un lieu où tu aimerais revenir pour le plaisir.
  • Qu’à moi ?
  • Oui. Prends ton temps et furète à ta guise.

 

Je gravis la colline, en haut j’aime admirer les sommets des montagnes qui se découpent au loin. En dévalant la pente, je tombe sur une petite clairière inondée de soleil. De vieilles souches servent de sièges. Je m’assieds, ferme les yeux et me laisse bercer par la douce mélodie des oiseaux, le joyeux clapotis de la rivière en contrebas, le bruissement des feuilles. Des odeurs de terre viennent chatouiller mes narines. Un écureuil intrépide s’approche pour cueillir des noisettes et des glands. L’endroit est bordé de frênes, châtaigniers et noisetiers. Je me sens bien, plus forte, prête à affronter ma réalité.

 

Ma grand- mère s’est doucement éteinte un soir d’été. Dans son testament, elle me lègue cette clairière.

Je suis devenue psychologue à l'hôpital, mettant mon don de clairvoyance au service d'hommes et de femmes qui souffrent. Prise par le travail, je ne suis pas retournée autant que je le désirais auprès de Grand Ma.

Cette dernière a entretenu mon petit jardin secret. Ainsi, suivant les différentes saisons, la floraison des fleurs ne s'arrête jamais.

Je reviens régulièrement m’y ressourcer et continuer ma formation de sorcière. Grand Ma m’a légué ses cahiers dans lesquels je trouve ses recettes de cuisine et ses leçons de vie.

 

La Reinette



14/06/2024
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 472 autres membres