Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2021 - sujet 1

a13s1.jpg
 

Bonjour,

 

Je m’appelle Théodore. Je ne suis pas un poète mais un chat. Ma maîtresse s’appelle Marie. Elle m’a accueilli, un jour d’hiver, alors que je n’étais qu’un tout petit chaton. Nous vivons dans une grande maison à la campagne. Ici la vie est belle. Pas besoin de carte routière pour venir ici, c’est un petit paradis. Il est connu de tous. Certains viennent pour s’élancer et grimper sur les hauteurs des montagnes. D’autres pour se baigner, ou faire du bateau sur notre lac d’eau turquoise ou bien paresser.

Ma maîtresse, elle, jardine tous les matins, quand il fait beau. Quand le temps est pluvieux, elle aime s’allonger sur le sofa et lire. Moi je suis là à ses pieds. Parfois je remarque son air furieux. Quand elle ne comprend pas quelque chose, tout devient effervescent dans la maison. Un jour elle est tombée sur une citation : « la singularité est subversive » dit le poète Edmond Jabès. Elle commença par se mélanger les pinceaux. Être original, bizarre, unique ne veut pas forcément dire être menaçant. C’est une manière de vivre. Elle, elle aime vivre seule aux pieds de ces montagnes, avec ses besoins, ses envies. Ne rien demander à personne. Elle n’en est pas pour autant révolutionnaire.

 

Je me souviens du jour où elle a rencontré Jean. Il était fort, athlétique, merveilleux à ses yeux. Mais très prétentieux aussi. Il lui donnait des leçons sur l’autre vie, celle que lui avait choisie, mais qui n’était pas celle de Marie. Elle, elle préfère la nature, les montagnes, les vaches, l’odeur de la lavande. Lui préférait la ville, les mondanités et tout ce qui va avec. Elle ne pouvait pas quitter cet endroit pour le suivre lui. Elle s’en fit une raison et décida, que le futur lui appartenait et qu’elle voulait continuer à vivre ici. Même si elle devait finir sa vie seule, c’est ici qu’elle était la plus heureuse.

 

Elle aime aussi retrouver ses amies, le jeudi après-midi, pour partager sur des sujets d’actualité, parfois délicats. De temps à autre, elles épient les passants, en faisant mine de continuer leur conversation.

 

Elle aime donner aux autres, c’est un moyen pour elle d’ouvrir son cœur. Elle prend du temps pour transmettre aux autres son savoir. Elle est aussi très créative. Elle a des mains de fées.  Elle fait  des plats succulents, quand elle doit recevoir ses amies. Elle fait des choix judicieux de saveurs. Elle évalue les bons dosages par instinct.

Je suis là et j’attends le moment où je vais pouvoir lécher le plat.

Un jour un oiseau était tombé du toit de notre maison. Il n’avait plus d’aileron. Elle le soigna mais rien n’y fit. Il était mort quelques jours plus tard.

 

Le soir, elle me caresse près du feu de la cheminée. Couché près d’elle, je ronronne et je me dis qu’un jour je serai bien obligé de partir, car elle ne sera plus là.  Les ronrons fusent dans la maison car pour l’instant je suis là avec elle et parfois il me semble que je suis arrivé dans cette maison non pas par hasard, mais par destin.

 

Nanou



13/07/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 314 autres membres