Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2021 - sujet 1 A - B et C

 

Sujet 1-A - Choisir 5 mots, 5 verbes, 5 adjectifs et écrire un texte sur le sujet de votre choix

 

C’est décidé, ce matin je pars seule à l’aventure. D’un bond je me précipite dans mon bureau et cherche dans les tiroirs mes cartes routières que j’ai stockées là depuis fort longtemps, enfin depuis qu’internet nous permet de choisir sa destination, de faire son itinéraire sans déplier, étaler et replier en accordéon, ces cartes papier !

Attirée par une note jaunie qui dépassait d’une carte, je m’approche et la tire avec précaution.  Deux mots énigmatiques sont notés à l’encre bleue « destination sourire » !

Je lis et relis ce  message et essaie d’en comprendre le sens. Je m’allonge, je paresse sur le canapé qui fait face à mon bureau et je glisse dans mes souvenirs.

siberien-1-130928.jpg

Gribouille mon chat sibérien se love dans mon cou et ronronne de bonheur. Un nuage gris assombrit le ciel, l’orage gronde… Le beau temps fait place au temps pluvieux, dommage ! Mais j’accueille avec complaisance ce changement car il me permet de me blottir au fond de ma tanière et de profiter de ces délicats moments d’isolement.

J’allume une lumière tamisée et m’élance, enjouée sur les pistes de ma mémoire. Des rencontres fabuleuses se mêlent aux paysages merveilleux, des mets succulents m’enivrent encore, humm quel plaisir de se remémorer ces instants !  

Le jour achève son labeur, ma « destination sourire »  reste un mystère et garde tous ses secrets. Comme dit le poète – « Les secrets doivent être couverts d'un voile comme les mystères. » - Francis Bacon 1625. Je range le message et ouvre la carte routière où celui-ci se cachait, Lisbonne, Coimbra, Porto… Le Portugal, voici ma destination sourire d’aujourd’hui.  

 

Sujet 1-B - Choisir une phrase comme incipit puis une seconde comme conclusion ; placer un maximum de mots proposés (27 maxi) : jour, bateau, carte routière, vache, chat, poète aileron matin, raison ; furieux, pluvieux, effervescent, succulent,  merveilleux, prétentieux, beau, délicat, judicieux ; s’élancer, lire, s’allonger, paresser, mourir, jardiner, évaluer, accueillir, comprendre ;

 

Choix des deux phrases :  

« Elles épient les passants

Parfois il me semble »

 a13s1b.jpg

Elles épient les passants, assises nonchalamment sur le quai du port de l’Herbaudière, à la pointe nord de l’île de Noirmoutier. La mer est calme, il fait chaud, c’est un jour comme les autres de cet été 2019, un matin où rien ne se passe sinon les bateaux de plaisance qui vont et viennent à l’entrée du port. Cathy l’ainée sourit, les yeux attirés au loin par un aileron, à la surface de la mer d’huile, comme ils disent dans le coin.

 

  • Regarde Flore, regarde au loin là-bas, c’est bien un aileron de dauphin que je vois ?

 

Flore n’entend pas, elle a le regard fixé sur son portable, elle tchate avec son amie restée sur le continent.

 

  • Eh mais c’est un dauphin là, où je rêve s’écrie Lou !
  • Ah enfin une qui m’écoute répond Cathy, c’est effectivement un dauphin, ce n’est pas une queue de vache, glousse-t-elle !
  • Arrête, tu vas me faire pisser dans ma culotte rétorque Lou.
  • Comment est-il arrivé là si proche du port s’exclame Flore !
  • Tiens tu nous captes ! Parfois ils échouent sur les plages, l’an dernier en septembre, j’ai lu dans le journal, qu’un pêcheur avait croisé un banc de dauphins au large de l'île de Noirmoutier, alors… !  indique Cathy   
  • Ouais je suis avec vous les filles, je peux prendre un peu de liberté non, c’est les vacances ronchonne Flore.
  • Tu as raison profitons ce ces beaux jours pour piquer une tête dans l’océan. Allons sur la plage dit Cathy.
  • Dans un même élan toutes trois s’élancent et cours sur la plage de la linière, à environ 10mn du port.
  • C‘est merveilleux, nous approcherons le dauphin, s’écrie Cathy,
  • Non, non, non, j’veux pas mourir moi, siffle Flore.
  • Et bien reste sur le sable du temps que nous nagerons avec Flipper le Dauphin, tu nous raconteras… lance Lou !  

a13s2b.jpg

Flore s’allonge avec paresse sur le sable chaud et sort son portable. Tandis que Lou et Cathy évaluent la distance à nager pour retrouver Flipper.

 

  • Ce doit-être succulent un aileron de dauphin à l’aneth, plaisante Flore
  • Arrête rétorque Lou, Cathy à raison il s’agit d’un dauphin et les dauphins on ne les tue pas pour les manger, ils sont heureusement protégés et puis ce n’est pas un requin donc aucun danger.
  • Et comment tu le sais, glapit Flore ? Tu sais faire la différence  alors qu’il est au loin ?
  • Pas si loin que cela, en tout est pour tout je dirais… Qu’il est à environ à 1km.
  • Oui mais on n’est plus au port, alors il a pu s’éloigner du bord !
  • On verra, allez hop c’est parti pour l’aventure.

 

Ni une ni deux, Cathy et Lou se précipitent en mer. Trente minutes passent, Flore lève le nez de son portable et ne voit plus Cathy et Lou à l’horizon. D’un bond elle se lève et court au poste de secours la peur au ventre. Deux maîtres-nageurs sont assis au pied du drapeau vert. Elle explique à William et Stéph, les maîtres-nageurs, la situation. William s’empare des jumelles et scrute à l’horizon.

 

  • Eh regarde Stéph, il y a bien un dauphin au loin et j’aperçois deux nageurs, heu enfin plutôt deux nageuses toutes proches.
  • A peine croyable rétorque Stéph, tu veux dire que les deux filles nagent tranquillement avec le dauphin !
  • Je croix bien que oui ! Vite nous devons intervenir, nous approcher, même si c’est délicat et demander à vos deux amies de revenir avec nous sur la plage car si on sait que les dauphins ne sont pas dangereux il et tout de même préférable de ne pas jouer avec, on ne sait jamais, pas vrai  Stéph !

 

Tous les trois se précipitent et grimpent sur le zodiac. Quelques minutes après ils retrouvent les deux amies. L'air furieux, Stéph leur crie de ne plus bouger, ils vont les récupérer et rentrer.

Confuses mais joyeuses, Cathy et Lou se retrouvent dans le zodiac en compagnie de leur amie Flore.

 

  • C’était merveilleux souffle Cathy, nous avons nagé avec lui quelques minutes seulement, mais c’était des minutes qui nous ont semblé des heures… !
  • Chuuuuut, murmure Flore, les maîtres-nageurs sont mécontents, ils disent que vous êtes inconscientes du danger que vous courriez… !
  • Mais c’était un dauphin pas un requin… !

 

La discussion se termine là, tous descendent du zodiac et se dirigent vers la délégation à la mer et au littoral, à Noirmoutier en L’île pour déclarer la présence du dauphin, proche des côtes à l’Herbaudière.

 

Deux heures après, à la sortie des bureaux de l’administration, les maîtres-nageurs, Cathy, Flore et Lou se séparent. Malgré le sermon qu’elles ont reçu, Cathy et Lou sont aux anges, elles sautent, elles virevoltent, sourient au vent ! Elles nagent encore… Flore les écoutent avec un ce petit goût d’amertume que nous pouvons connaître quand nous avons le sentiment d’être passé à côté d’un grand bonheur.

Humm parfois il me semble qu’il serait souhaitable de ne pas s’écouter et de foncer, se laisse à penser Flore.

  

C – Ecrire un texte avec toutes les phrases proposées  :

 

"Ouvrir son cœur aux autres, elles épient les passants, parfois il me semble, la singularité est subversive dit le poète, la vie est belle, transmettre aux autres son savoir, se mélanger les pinceaux, un jour je serai bien, le futur nous appartient."

 

 

Songeuse, Héléna essaie de ne pas se rappeler l'instant tragique qu’elle venait de vivre. Elle se mélange les pinceaux, c’est l’émotion !

 

  • Non ce n’est pas ce jour-là, c’était un dimanche matin au marché ou alors… Chuchote Héléna!
  • Parfois il me semble qu’il est temps de tourner la page, de ne plus penser à notre douleur et à celle que nous  pouvons engendrer par nos actes, tu as bien réagi, murmure Léa.  
  • La vie est belle, le futur nous appartient, nous devons foncer - S’écrie Emma.
  • Nous devons nous laisser guider par notre instinct, ouvrir notre cœur aux autres. N’est-ce-pas Héléna !
  • Ne pas te laisser emprisonner par un homme fermé sur lui-même et son petit univers, t'émanciper, vivre ta propre vie, exprimer pleinement ta personnalité que nous savons singulière, voilà ta vérité - Rétorque Louise.
  • Oui vous avez raison, il faut oser s'affirmer, montrer son originalité, la singularité est subversive dit le poète, alors…. ! Je sais que je vais être heureuse maintenant et que bientôt nous nous retrouverons dans ce bar et que nous trinquerons à la santé de nos vie de femmes libres.

 a13s1c.jpg

Elles épient les passants à travers les vitres de ce bar rue Mouffetard à Paris. Le temps est pluvieux, Héléna et ses amies se sont retrouvées en fin d’après-midi pour quelques heures, entre filles comme à leur habitude. Il est temps de rentrer… !   

 

Cricrige



14/09/2021
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 308 autres membres