Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2021 - sujet 3, 6 et 7

 a13s3a.jpg

L’enfant était là, assis sur la lune. Autour de lui des montgolfières tentaient de se rapprocher sans succès. Sa mère ne voulait pas qu’on puisse l’atteindre puisque tel était son désir à lui. Elle le voulait libre et indépendant.

 

Terminé les cases, les liens qui entravent ! Elle ne voulait pas de cette école qui sattribuait le droit de choisir pour « son » enfant . Toute la semaine elle s’était battue pour le sortir du circuit scolaire qui menaçait de l’étouffer. Elle y était enfin parvenue.

Son fils n’était pas un article qu’ils pouvaient manipuler ou s’approprier. Signifier son choix n’avait pas été facile, mais elle y était enfin parvenue. L’éducation nationale aimait mener ses pions à sa guise et pour son fils… elle ne voyait qu’un ouvrier d’usine.

Pas assez concentré… très peu scolaire… trop lunaire ! Cette magie était pour elle « essentielle » à une enfance heureuse, mais pour eux c’était rédhibitoire à une bonne éducation.

 

Une fois l’autorisation de quitter l’école obtenue, elle partit avec son enfant pour l’Afrique. Il avait adoré. Ils avaient vécu un mois chez les Masaïs. Le chef du village qui était aussi un très grand chasseur avait dessiné au front de son enfant des lignes de sang. Une pour le courage, une pour les rêves et la dernière pour une longue vie. Après cette incursion dans la vie de ces hommes fiers, ils avaient gagné Mombassa où son mari les avait rejoints.

a13s3b.jpg

Le lendemain, le père et le fils étaient partis nager tandis qu’elle était partie faire quelques courses. A leur retour son fils était métamorphosé. Son mari ne lui avait rien dit, mais il avait raccourci son voyage, plié ses bagages et il était rentré chez eux sans un mot.

Son fils, lui, semblait plus heureux qu’il ne l’avait jamais été. Il lui raconta que son père et lui avaient fait de la plongée sous-marine et qu’ils avaient vu un chat-poisson et que celui-ci lui avait dit qu’il était l’enfant d’une fée et qu’il passerait sa vie à écrire de si belles histoires qu’elles donneraient du rêve à tous les enfants qui les liraient.

a13s3c.jpg

Leur voisine de transat lui avait dit que ce n’était pas beau de mentir ainsi. Ce à quoi l’enfant avait répondu que son père lui avait dit la même chose, mais qu’une licorne panthère avait rugi et l’avait menacé s’il continuait à traiter son fils de menteur. A ces mots la femme éclata de rire et dit à sa mère que son fils ne manquait pas d’imagination.

a13s3d.jpg

Mais son rire se mua en cri de terreur quand deux enfants géants s’emparèrent de son mari couché près d’elle et jouèrent avec lui. Elle se retrouva dans une ville à observer la scène sans pouvoir intervenir.  « Excusez-vous ! »

 

C’est ce qu’elle fit et son mari et elle se retrouvèrent vert de peur sur leurs transats. La mère comprenait ce qui avait poussé son mari à fuir.

La nuit approchait, elle prit son enfant dans ses bras et ils rentrèrent au lodge. Elle borda son fils qui était bien fatigué. Elle remonta les couvertures jusqu’à son menton et le couvrit de baisers.

 

« Tu n’as pas eu peur ? 

  • Non, c’était plutôt drôle !
  • Pas pour cette dame.
  • C’est vrai. Pourquoi sommes nous les seuls à voir ce que je vois ?
  • Les hommes ne croient plus aux fées mon chéri. Ils ne rêvent plus, mais toi tu as su garder cela, et ce sera ta force dans cette vie. Je t’aime mon ange, n’en doute jamais !
  • Je sais maman, moi aussi je t’aime plus grand que l’univers. »

a13s3e.jpg

Dans la nuit, la mère fit un rêve étrange. Un oiseau tigre vint lui rendre visite et lui raconta qu’elle avait en elle le pouvoir d’exhausser tous les rêves de son enfant. Qu’il suffirait juste qu’elle y croit suffisamment.

 

C’est ainsi qu’à la fin des vacances, elle demanda à son enfant où il aimerait aller. Il lui répondit qu’il voulait voir le monde mais qu’il aimerait être un peu seul pour pouvoir faire le point. Alors elle souhaita très fort que tous ses rêves se réalisent et c’est ainsi qu’elle le vit s’envoler vers la lune.

a13s3f.jpg

Toutes les nuits, il lui rendait visite et lui racontait ce qu’il avait fait de sa journée. Sa première nuit, il lui parla du chat si élégant que tous les chiens présents lui obéissaient.

a13s3g.jpg

La seconde d’une forêt très belle, mais si bien cachée que nul homme ne l’avait découverte et que personne ne savait que des fées y vivaient. Mais à lui, elles avaient raconté moult histoires de fées et que quand il serait grand, il les écriraient.

Et c’est ainsi qu’à compter de ce jour, chaque nuit ses parents se réunissaient et attendaient que l’enfant vienne leur conter ses voyages et rien ne pouvait les rendre plus heureux que ces moments de magie pure.

a13s3h.jpg

Quelques années plus tard, il leur raconta qu'il voyageait depuis pas mal de temps avec une jolie fille qu'il avait rencontrée au cours d'un de ses voyages et que comme lui elle aimait se retrouver seule pour réfléchir.

Seulement, elle, elle réfléchissait sous un parapluie, assise sur un plancher de bois qui traversait les nuages. Leurs cœurs s’étaient reconnus et depuis ils se voyaient chaque jour. Bientôt leur promit-il, ils viendraient tous les deux leur rendre visite.

Il avait commencé à écrire ses voyages et désormais, il voulait fonder une famille et rester près d’eux.

 

Nul doute que cette histoire restait encore à écrire...

 

Maridan



21/10/2021
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 375 autres membres