Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2022 - sujets 2 et 5

 

« l’enfer c’est de tout savoir »

 A13s2 et 5.jpg

 

L’enfer, c’est de tout savoir…dit Alex en écrasant son mégot de cigarette furieusement dans le cendrier de verre sur la petite table qui en trembla… il tapa du pied en même temps et continua :

 

Exemple : Vous êtes là comme des morts de faim devant vos écrans de télévision, vos téléphones et vos tablettes à  ingurgiter goulûment ce que déverse  tel ou tel journaliste. Les médias ont des grandes gueules qui aboient les drames de ce monde et cultivent non l’art du meilleur mais du pire et prétextent nous informer de tout et font du quotidien un enfer !

 

Regardez-vous dans ce climat anxiogène… faire descendre  les tensions est devenu un exploit. Je prône le droit de rester ignare…

 

Mais dans le tout savoir,  il y a « tout » et peut être la juste mesure est à trouver…  et puis, il y a aussi les bonnes nouvelles rétorqua Nadja en soufflant sa fumée par la fenêtre comme si elle rejetait les mots d’Alex.

 

Fi des bonnes nouvelles ! Elles  sont comme les fruits de la passion, excessivement chères. Elles sont  accessoires, particulièrement en politique car nos gouvernants nous aiment apeurés pour installer leurs pouvoirs… alors restons ignares et libres !

 

Mais tu racontes n’importe quoi !  Rester ignare ne te rend  pas libre, tu es soumis aux mêmes lois absurdes, aux mêmes politiques, tu ne vis pas en ermite seul dans la montagne que je sache ? Comment peux-tu dire ça ? Si j’ai bien compris, le paradis serait d’en savoir peu ou pas du tout ? À propos de quoi ? De tout ?

 

Ne peut-on imaginer la recherche d’un savoir éclairé, une ouverture d’esprit qui apprend à trier, à déplacer ses points de vue, ne pas gober les infos délétères et les « fakes news », mais cultiver un art de la connaissance pour appréhender les domaines de la vie avec une certaine lumière !

 

Moi je persiste à dire que  je préfère en savoir le moins possible, qu’on me laisse dans ma bulle… mourir idiot… si la maladie, la guerre, l’effondrement du monde me rattrapent, je ne me sauverai d’aucune souffrance mais au moins j’aurai eu la paix morale pendant un temps…

 

En fait, je pense que tu fuis des peurs, ne pas faire face à ce qui te déçoit, te déstabilise, te met dans l’intranquillité… le coup de l’Autruche, la tête dans la sable, quoi !

 

Réfléchis à ça, « C'est difficile d'ouvrir une porte quand on ignore ce que l'on va trouver derrière, mais c'est encore plus difficile de passer sa vie devant la porte sans l'ouvrir. Et le pire, tu sais quoi ? C'est de mourir sans savoir ce qu'il y avait derrière la porte. » (Jean-Paul Jody, Parcours santé)

 

Clohe



05/08/2022
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 369 autres membres