Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 20 - 2019 - 4ème Sujet

 

La grotte

Hélène et Gaël, couple de trentenaires, marchent en short sur une route qui longe une côte sauvage de Bretagne. Le soleil tape fort, elle porte un chapeau. Après une demi-heure de marche, un arrêt bien mérité.

 

  • Regarde, dit Hélène à son compagnon.

 

Elle pointe le bout de son bâton de randonnée sur une pancarte qui indique « grotte des korrigans »

 

  • On y va ?

 

Ils suivent la flèche et descendent un escalier de fer rouillé. Au fur et à mesure, l’obscurité les enveloppe. Gaël propose de rebrousser chemin, mais Hélène refuse. Elle ouvre son sac, tâtonne et finit par trouver une lampe de poche.

Ils continuent leur descente et arrivent sur un terre-plein. A droite dans la falaise, Hélène braque sa torche sur une ouverture juste suffisante pour le passage d’un homme. Après une courte hésitation, ils se faufilent dans la faille. Les voici dans une petite grotte lumineuse ouverte sur la mer. Le sol est mouillé, sableux, les parois vertes et visqueuses.

Un grognement. La jeune femme frémit.

 

  •   Qu’est-ce que ça peut être ?
  •  J’sais pas, répond Gaël.

 

Un autre grognement les pétrifient.

 

  • C’est peut être un chien, dit son compagnon, dubitatif.

 

Les grognements s’accélèrent. Une forme verte se détache d’un rocher. Un être semblable à un petit vieillard difforme aux yeux rouges et perçants s’avance vers eux. Son visage reflète la cruauté.

 grotte iris.png

Illustration réalisée d'après un dessin de P. Moguérou visitez son magnifique blog ci-dessous : 

Pascal Moguérou

 

  • Vous ne savez pas lire ?
  • Si, répond la jeune fille en tremblant.
  • Vous n’avez pas vu une pancarte en bois sur le chemin ?
  • Si, dit Hélène.
  • Et qu’est-ce qui est marqué sur cette pancarte ?
  • Grotte des korrigans. Défense d’entrer.
  • Alors qu’est-ce que vous venez faire chez nous ?
  •  Visiter la grotte.
  •  Vous en avez du culot, cela ne va pas se passer comme ça !

 

Comprenant la menace qui pèse sur eux, Hélène attire Gaël près d’elle et dessine avec son bâton un cercle autour deux sur le sable.

 

  •  Pas bête, dit le korrigan en hochant la tête. Vous connaissez des trucs, bien ! Pourtant vous ne vous en tirerez pas ainsi. Pour le moment, vous êtes intouchables, mais lorsque la mer va envahir la grotte, elle fera disparaître le cercle et vous serez alors mes prisonniers. Je vous emmènerai vers mes camarades qui n’ont encore jamais vu d’humains, après on verra...
  • S’il vous plaît, laissez-nous partir, crie Hélène.
  • Vous voulez des bonbons, ils sont délicieux.
  • Non !
  • Tenez, j’ai des cartes postales, cela peut intéresser vos compagnons dit-elle en sortant cinq cartes.
  • Vous croyez qu’on fait du tourisme ? Assez de tergiversations ! Sortez du cercle et suivez-moi !
  • Vous aimez les minéraux ?
  • Bien sûr ! Hélène tire de son sac une pochette de velours noir. Elle saisit une calcédoine bleue et lui tend. Il réfléchit un instant puis dit :
  • J’accepte votre présent. Vous avez d’autres pierres ? Elle prend une tourmaline noire de la pochette. Il s’en empare immédiatement.
  • C’est tout ?
  • Non, j’ai aussi un lapis lazulis. Les yeux du korrigan s’illuminent.
  • Donnez ! Les humains ne respectent pas la terre. Ils ne pensent qu’à s’approprier ses richesses. Vous, vous êtes généreux, il ne vous sera donc fait aucun mal, partez maintenant !

 

Le korrigan s’entoure d’une lumière verte scintillante. Son regard est bienveillant. Il disparaît dans la roche. Médusés et tremblants, Gaël et Hélène retrouvent le chemin du retour, sans un mot. Dans l’histoire elle n’a perdu que son chapeau.

 

Iris



21/11/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 180 autres membres