Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 3 - 2021 - sujet 4

Léa le 28/03/2022



Vous êtes un oiseau, racontez une journée ordinaire.

a3s4 2021.jpg

La liberté, les vols gracieux dans les cieux, le plumage étincelant sous le soleil couchant brillant de mille feux ... Voilà ce que vous auriez aimé lire dans cet écrit. Un oiseau vous faisant rêver de liberté par son vol élégant et mystérieux ou par son gazouillement mélodieux.

Mais je ne suis rien de tout cela. Oh loin de là !

Je ne vole pas, je ne chante pas et je ne suis sûrement pas symbole de liberté.

Je m’appelle Vicky la poule pondeuse. Ma vie se résume à errer dans un parc de trois mètres carrés en picorant ou des graines ou des graviers, parfois je confonds, à me battre avec mes voisines qui voudraient me voler ma graine ou mon gravier, parfois elles confondent, et à éviter ce gros lourd de coq qui me croie sa maîtresse quand je suis sa grande sœur, parfois il confond. Ajoutez à cela que je passe mes nuits à réchauffer un gros caillou vide que j’expulse quotidiennement dans d’atroces souffrances pour qu’un gros monsieur, à l’haleine fétide, me le vole le lendemain matin.

Vous vous plaignez, les femmes, d’un peu de sang qui coule quatre jours par mois, alors imaginez perdre l’équivalent d’un organe tous les jours de l’année et d’être forcée de s'asseoir dessus des heures pour qu’il ne refroidisse pas.
Enfin, je suis réveillée tous les jours par le cocorico assourdissant de Stridy le coq à cinq heures du matin. Si vous trouvez ce réveil agréable et bucolique quand vous passez deux semaines chez mamie dans votre lit douillet, je vous invite à venir essayer de dormir dans une cage à poule qui sent la fiente, entourée de vos congénères insomniaques et réveillée avant le soleil par un cri strident qui vous déchire les oreilles à côté de vous. Croyez-moi, vous trouverez ce réveil tout de suite moins plaisant.

Pour m’entretenir un peu, j’écoute d’une oreille, entre deux graviers picorés, les histoires de Sylvette l’éplumée, qui raconte à qui veut l’entendre son atroce passé. Sa vie dans les poulaillers de milliers de poules entassées dans des cages jamais nettoyées, sans possibilité de se déplacer, et apeurées par les cris d’agonie des voisines égorgées à côté. Je pense que Sylvette est un peu une menteuse et cherche avec son âge avancé juste à se faire remarquer.

a3s4 2021 b.jpg

Vous l’aurez compris, je n’aime pas ma vie et j’espère que le vent tournera avant qu’on me transforme en civet. Ce jour-là, j’aurai des dents et j’irai tous vous mordre : le gros monsieur à l’haleine putride, votre mamie, ce gros lourd de coq et tous ces oiseaux que l’on jalouse tous, qui planent dans les airs libres de fientes puantes.

LaLeLe



01/04/2022
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 376 autres membres