Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 6 - 2022 - sujet 4

Une passion partagée

 a6a.png

D’aussi loin que je me souvienne, les livres ont toujours fait partie de ma vie. Très jeune, ma mère m’avait inscrite à la bibliothèque de notre quartier.
J’adorais ce lieu, même si à cette époque je ne savais pas encore lire. Je feuilletais des livres illustrés et m’inventais des histoires pour moi seule dans lesquelles je devenais tantôt princesse, fée, sorcière ou encore je partais pour un long voyage en bateau. Parfois, ma mère consentait à nous lire à mes frères, ma sœur et moi, une histoire avant la sieste de l’après-midi. Elle choisissait souvent un conte de tante Lucille. J’aimais ces moments lors desquels ma mère laissait de côté ses tâches ménagères et nous accordait toute son attention. Il me semblait alors que pour une brève période ma mère devenait plus jeune et plus souriante.

 

Il y avait aussi ces moments de vacances d’été à la campagne ou ma sœur nous partageait ses lectures à voix haute. Nous prenions place à ses côtés, mes frères et moi, à l’ombre d’un arbre ou sur notre grand rocher. Parfois, après la cueillette des fruits sauvages, ma mère ou ma tante Hélène, nous lisait un conte ou une légende. Si l’histoire nous avait beaucoup plu, il n’était pas rare que nous inventions des jeux ou pièces de théâtre autour de celle-ci.

Plus tard, moi aussi j’ai appris à lire et mon amour de la lecture a alors grandi. Adolescente, je partais souvent seule dans la nature, mais pas vraiment en solitaire, car j’apportais avec moi un livre, un compagnon, qui tantôt me faisait frissonner, rire, pleurer, rêver... Un jour, une personne qui partageait la même passion que moi a croisé ma route. Nous avons au début échangé des livres et nous nous retrouvions au parc ou dans un café pour en discuter. Avec le temps, nous avons développé une amitié et peu à peu de l’affection qui a grandi au fil des jours. Et nous avons uni nos vies. Nous étions jeunes et des rêves plein la tête. Notre amour a fleuri et a donné des fruits : d’abord un fils blond comme les blés et puis un plus sombre, comme le sable mouillé. Et beaucoup plus tard, une fille à la fois douce et rebelle. Malgré notre travail et nos obligations familiales, nous avons continué mon compagnon et moi à cultiver notre passion des livres. Les jours de congés, nous partions à la conquête de trésor littéraire. Dans les librairies d’occasion, nous dénichions souvent des livres passionnants et les libraires nous faisaient découvrir de nouveaux auteurs.

Une fois de retour à la maison, assis confortablement, nous en faisions la lecture à voix haute. J’aimais entendre la voix grave de mon mari. Il lisait avec beaucoup
d’émotion, rendant l’histoire vivante. Parfois, lors de nos repas en tête à tête, il me lisait de la poésie. Avec le temps, la maison s’est remplie de livres. Lorsque nous avions des invités. Il n’était pas rare que nous nous attardions tard le soir à feuilleter et discuter autour des livres de notre bibliothèque.

Deux de nos enfants ont eu aussi la passion de la lecture. Notre fille prend grand soin des livres que son père a laissés en quittant cette terre. Elle aussi part souvent à la recherche de trésor littéraire dans des librairies et lorsqu’elle rentre de ses expéditions et qu’elle me montre ses découvertes, je retrouve dans ses yeux cette lueur passionnée que mon mari avait lui aussi lorsqu’il avait trouvé le livre qu’il convoitait.

Avant son départ, il avait un rêve qu’il n’a pas pu réaliser faute de temps : il désirait ouvrir une librairie de livres usagés. Il disait que cela lui aurait permis de rencontrer des gens aussi passionnés que lui. Nous avons voulu en souvenir de lui réaliser, au moins en partie, son souhait.

a6b.png
 

Nous avons installé une boite à livres au coin de notre rue, cette rue qu’il a habitée pendant presque vingt ans et nous avons mis dans la vitre une plaque ou l’on peut lire : en mémoire de Michel Renaud, pour qui la lecture signifiait tout un monde de partage. Lorsque je passe devant cette dernière et que je vois un passant en ouvrir la porte et feuilleter les livres, je me dis que Michel a réalisé en partie son rêve, car cette boite est comme une petite librairie de livres usagés que des lecteurs passionnés fréquentent.


Colette

 

 



16/04/2022
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 360 autres membres