Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 9 - 2024 - Sujets 1 et 3

 

 

Lémusine

https://static.blog4ever.com/2013/07/747085/IMG_20240516_125811.jpg

En ces temps lointains, la Fée Lémusine, sa marraine, avait bien voulu se pencher sur son berceau.

L’enfant grandit, entouré de l’amour de ses parents.

Mais le destin les obligea à s’expatrier, les laissant aux bons soins de leur servante.

Un soir de mai, alors qu’il avait une dizaine d’années et allait regagner le château de ses parents, surgit en haut des escaliers cette étrange créature, plutôt bizarre.

Surpris par ce spectacle inattendu, l’enfant sera fort la main de sa gouvernante. Vieille et drôlement accoutrée, la femme n’avait pas l’air méchant, ni malade, ni souffrant ou estropiée. Elle était seulement excentrique. 

Installée en évidence bien en vue de l’allée centrale, elle profitait de la lumière descendante du soir pour lire l’étrange grimoire en sa possession.

L’enfant, intrigué par l’aspect de la femme en cheveux, se demanda si elle était là par hasard et s'il pouvait lui venir en aide de quelque sorte que ce soit.

Le vent se leva. Le soir commençant à tomber, le ciel s’assombrit, quelques nuages résiduels jetèrent des ombres sur la façade du château et la combinaison des éléments rendit le spectacle inquiétant.

Au lieu de se réfugier derrière le gros chêne majestueux qui dominait le centre du parc, le jeune garçon décida d’aller au devant de la vieille femme pour lui venir éventuellement en aide. Il entreprit la montée des marches.

Tout à coup, un bruit assourdissant retentit. 

 26.jpg

Un cerf géant surgit du fond du parc, gravit les degrés, s’approcha de la mégère qu’il fit hisser sur son dos, retraversa le parc, brisant la structure de la roseraie et les carrés de potager, avant de disparaître dans la forêt et proche.

Abasourdi, le jeune garçon se posa alors la question : Que représentait cette apparition aussi impromptue que bizarre ?

Le besoin de tendresse ?

Mais aussi et peut-être, tout simplement, le temps qui passe reléguant au second plan tout signe matériel de survie, tout renoncement aux ressources de la vie sur terre.

Et son départ si étrange et rapide n’était-il pas le signe de la fin de la vie sur Terre ?

Lorsqu’ils parvinrent en haut de l’escalier, libéré par la vieille femme, la servante reprit son aspect initial de fée Lémusine, et, devant la spontanéité et la gentillesse de l’enfant, le complimenta pour sa miséricorde et lui remit les clefs du château.

La clé grinça d’un ton joyeux dans la serrure.

Quelle fût sa surprise et sa joie de voir devant lui ses parents enfin de retour !

 

Shunt 2024.05.25



29/05/2024
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 468 autres membres