Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

atelier du 12/02/2014

Atelier du 12/02/2014

 

Présents : Gérard, Nadège, Odile, Véronique et moi

 

Sujets :

1)      La mythologie grecque. En vous inspirant de l’une des histoires, de la mythologie grecque, écrire en trente minutes un mythe qui vous soit propre.

2)      Vous pouvez utiliser les termes d’articulation d’un texte.

L’enchaînement

Actuellement, à l’heure actuelle, à l’origine, au début, aujourd’hui, autrefois, avant, en premier lieu, dans l’avenir, désormais, dorénavant, d’une part, d’autre part, d’un côté de l’autre, jadis, maintenant, par la suite, tout d’abord,

 

Le but

Afin que, c’est pourquoi, de sorte que, pour que

 

La cause

Car, comme, effectivement, en effet, parce que,  puisque, les participe présent, exemple :

Daniel pensant que j’étais perdue--à

La conséquence

Ainsi, aussi, c’est pourquoi, de ce fait ou de fait, de sorte que, réponse à un participe présent.

Alerta les gendarmes

La justification

Ainsi, Puisque

Introduire un exemple

Par exemple, ainsi, tel, c’est-à-dire, notamment

Une alternative

Soit… soit, ou bien…ou bien, d’une part, d’autre part (s’emploie aussi pour le renforcement)

L’adhésion

Assurément, bien entendu, certes, il est évident que, il va s’en dire,

L’opposition

A contrario, au contraire, à l’opposé, à l’inverse, cependant, d’ailleurs, du reste, en réalité, en revanche, il faut dire que, il n’en demeure pas moins, mais, pourtant, toutefois,

La restriction

A l’exclusion de, à l’exception de, à vrai dire, cependant, en fait, en réalité, excepté, mais, mise à part, néanmoins, pourtant, or, sauf, toutefois

Le renforcement : (Apporter d’autres arguments)

A plus forte  raison, bien plus, de plus, d’ailleurs, de surcroit, du reste, enfin, en outre, mieux, et que dire de, non seulement, par ailleurs, qui plus est,

La comparaison

Ainsi que, comme, dans cette perspective, dans le même ordre d’idée, de même que, en comparaison

La concession

Certes (certes, les français ne sont pas tous des imbéciles + mais, toutefois, néanmoins, il n’en est psa moins vrai, etc.)

Si (si les français sont des bavards, en revanche, ils ne sont pas doués pour les langues)

Bien que, malgré, etc.

La conclusion

Ainsi, alors, comme on l’a vu, dans ces conditions, en bref, en conclusion,  enfin, en somme, finalement, pour conclure, pour finir, etc.

 

3)      Faire un portrait en utilisant ; anaphores, épiphores, images, ou métaphores (exemples :

          a.  « J'ai vu l'enfer des femmes là-bas », Rimbaud Une saison en enfer)

          b.  « La nature est un temple », BaudelaireCorrespondances).

          c.       « un cadeau royal » – « une ruse de Sioux »

         d.      « L’écriture, c’est comme un vol d’oiseau au-dessus de la mer… » De la comparaison à la                          métaphore. Le Clézio

4)      Voici une liste de mots à mettre en scène en respectant les consignes du 3 :

5)      Amitié, amour, colère, joie, peur, rire, liberté, égalité, fraternité, haine, vie, solitude, tristesse,               euphorie

6)      Ecriture, peinture, beauté, laideur, vengeance, mort, pardon, plaisir, honte, rancune, jalousie,            douleur, regret, paix

Avec ces deux listes de mots, tentez d’écriture un texte, ou un poème, ou des phrases sans attaches, en anaphores, épiphores ou métaphores. Vous choisissez ce qui vous convient le mieux. Vous pouvez aussi mixer les trois exercices. Pour le 6, écrire des définitions sans écrire le nom, mais en usant d’images, etc.



12/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres