Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier - - lipogramme sans u

 

Elle avait parfois de grandes idées...

 f800x450-337818_389264_0.jpg

Elle désirait, ce matin-là, agrandir son cercle d'amis, raconter des histoires à des enfants, avec moins de chance dans la vie. Elle demanda, exposa ses idées à la dame de la belle maison, visitant des "déshérités".

 

Elle l'entendît, mais ne prît pas en compte sa demande. Ses petites filles étaient l'empêchement d'aller de l'avant, affirma-t- elle... Elle évoqua le temps, absent soit disant. Elle n'avait rien compris, ses chéries étaient sa motivation effectivement et le temps elle en prendrait, le problème n'était pas là. Elle rêvait de voir des dizaines de visages émerveillés par les histoires, des minois mangés par des regards agrandis. Elle savait le plaisir simple d'apporter des rêves. Les princesses n'étaient jamais loin d'elle et les fées la rendaient très bavarde !

Ses sentiments débordaient... Elle serra ses filles et rentra sagement à la maison.

... Elle avait parfois de trop grandes idées...

 

Chemin faisant, revint, comme un  drôle de vermicelle dans le potage, dix ans après, cette envie de partager, de soigner, d' aider. Elle travailla et passa l'examen d'entrée obligatoire à l'école de la croix, resplendissante comme le sang. Elle le tenta trois fois en vain, avant de perdre confiance. La profession la rejetait sans la connaître. Des années de travail à apprendre et l'avenir s'assombrissait.

...Elle avait parfois de trop grandes idées...

 

Elle aida bientôt, les personnes âgées. Elle se réalisait enfin hors de sa famille. Elle avait SON métier. Hélas, sans crier gare, les trahisons arrivèrent accompagnées de grandes déceptions. Les amis de travail n'en étaient pas. Ses efforts et sa tristesse la rendaient lasse. L'accident arriva.

...La voilà maintenant avec des idées noires...

 

Comment repartir demain, faire le bien, sans se sentir aimée, appréciée ? Ses pensées restent sombres, font des va-et-viens dans le corridor noir, sans fenêtre. Elle avait besoin d'aimer, d'être aimée, d'être emmenée, comme dans la farandole. Bientôt, elle renaîtra, et elle vivra encore... malgré l'indifférence et la méchanceté.  

 

...Elle repartira bientôt, elle le sait, avec ses grandes idées.

 

Papillon0_acfed_d9226b4e_XL.png



15/02/2019
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres