Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

L'atelier du 27/11/2013

 

Sujets : 1)

Mettez-vous dans la peau d’un poète. Imaginez que vous êtes célèbre, et sortez la phrase qui fera de vous un « grand poète », « un humoriste », « un sinistre » à vous de jouer. Ci-dessous quelques exemples de grandes phrases.

 

 « On naît poète, on devient orateur. » Cicéron

« Le poète est le spéléologue des âmes. »

de Sirikou Eriola 

« Je suis un poète, mais je ne veux pas être un poète pour d'autres. Je dévorerai mes  propres 

poèmes et j'en vivrai. »

de Sören Kierkegaard 

« Libre est la race des poètes.  »

de Démosthène

« On ne peut être poète sans quelque folie. »

de Démocrite

« On naît poète, on devient prosateur. »

de Alfred de Musset

« Un poète inspiré, c'est un poète qui fait des vers faux. »

de Jules Renard 

« Les autres peuples ont eu des historiens, des jurisconsultes, des sages, des poètes, mais qui sont à eux seuls et forment comme une gloire privée, le peuple juif a été l'historien, le sage, le poète de l'humanité. »

de Henri Lacordaire

« Le poète meurt de l'inspiration comme le vieillard de la vieillesse. La mort est au poète ce que le point final est au manuscrit. »

de René Char

« Dans les milieux littéraires, quand on parle des poètes morts jeunes, ce sont les poètes morts 

vieux qui se mouchent. »

de Alphonse Allais

« Pour nous, un poète est un monsieur qui s'efforce de saisir l'eau par poignées. C'est seulement 

quand il y parvient que le monsieur est un poète. »

de Henri Jeanson

« Les poètes le sont par l'âme et non par le savoir. L'érudition n'engendre que peu de poètes. »

de Yves Thériault

« Les femmes aiment les poètes et les poètes aiment les femmes au moins jusqu'au lendemain. »

de Louis Hamelin

« Poète, je vis, poète, je meurs, mais comme l'affirme l'ironique littérateur : N'en jetez plus, il ne faut pas poéter plus haut que son cul. »

Guy Bedos

2)

Dans son superbe ouvrage : « Neige », Maxence Fermine démarre ainsi son ouvrage : « Yuko Akita avait deux passions. Le haïku et la neige. Le haïku est un genre littéraire japonais. Il s’agit d’un court poème composé de trois vers et de dix-sept syllabes. Pas une de plus.

La neige est un poème. Un poème qui tombe des nuages en flocons blancs et légers.

Ce poème vient de la bouche du ciel, de la main de Dieu.

Il porte un nom. Un nom d’une blancheur éclatante.

Neige. »

 

Partant de cet incipit, je vous demanderai dans un premier temps, d’écrire en vingt minutes un texte fini, qui d’après vous collera parfaitement à cette introduction. Ce peut-être sous forme de haïku, mais aussi de quatrain, de prose poétique ou de toute autre forme qui vous conviendra le mieux pour répondre à cette magnifique entrée en matière.

 

  1. Ronde de mots pour se réchauffer : regards, paisible, course, capital, canapés, dormir, Montpellier, famille, noël, père, rêves, optimistes, thé, raisin, pleurer, oser, changer.

3)

Ecrire en logo-rallye un texte avec les mots et phrases suivantes, en introduisant un élément nouveau toutes les deux minutes. L’exercice n’excèdera pas 32 mn.

 

a)      Bois

b)      Enfanter

c)      Chat aux yeux d’agate

d)     Embruns

e)      Mon cœur se libère de ses chaînes

f)       Regard neuf lavé par l’océan

g)      Sable

h)      Funambule

i)        Ocre, rose, rouge, et bordeaux se mélangent

j)        Martien

k)      Purge

l)        Il rêve sous les étoiles

m)    Lorsque je descendais les fleuves impassibles, Je ne me suis plus senti tiré par les haleurs

n)      Le roi se meurt

o)      Au loin coule une rivière

p)      Arc en ciel

 



27/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres