Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier du 18/08/2015 par Bernard

L'ours africain[1]

Inventer un animal : vous êtes journaliste et vous décrivez ce que vous avez découvert

 Afficher l'image d'origine

De notre envoyé spécial à Nairobi

On le considérait comme une légende portée par les peuplades vivant sur les pentes du Kilimandjaro. Aujourd'hui la réalité semble rejoindre la fiction … Écoutons plutôt le récit du célèbre zoologiste Kristofer Helgen  à son retour de six mois d'expédition sur les pentes du point culminant de l'Afrique.

 

Depuis ma plus tendre enfance, je me suis passionné pour les légendes animalières, entre autres celles de l'Afrique. Notamment l'histoire de cet animal mythique vivant sur les pentes du volcan. La tradition orale parle d'une bête noire que le monde scientifique assimile aujourd'hui à un gros mammifère. Ce placentaire à pelage noir, de mœurs nocturnes qui, semble-t-il, vit à la limite de la forêt et des neiges éternelles.

C'est donc avec l'assurance de mes confrères du monde scientifique que j'ai monté cette expédition qui a duré près de 180 jours.

La mission a réellement commencé lorsque tous les membres de l'équipe, accompagnés de natifs, se sont retrouvés au bout du bout de la dernière piste carrossable.

Pour le travail d'approche et faciliter notre quête, les indigènes ont dû aménager chemins et espaces. Cela a duré plus d'un mois. Tout ce remue-ménage ayant de façon sûre fait fuir l'animal, nous nous sommes donc calfeutrés sous nos toiles pendant près d'un mois encore, ne sortant que pour rechercher des empreintes de pas, fèces, poils... exploration concentrée sur le haut de la forêt, là où le végétal s'imbrique à la roche volcanique nue issue des plus vieilles éruptions. Nous avons truffé la zone de nos appareils d'observation, notamment les caméras infrarouges sur les passages supposés de l'animal. Enfin, nos affûts ont commencé, veilles nocturnes derrière nos écrans .

Pendant mes heures d'attente, je ne cessais de penser au professeur Van Houten de l'université d'Amsterdam qui a vérifié l'existence d'un papillon pollinisateur d'une orchidée malgache… apportant au monde la réalité de ce qu'avait avancé Darwin, à propos de la reproduction de cette espèce végétale. Je revoyais sa joie immense filmée par ses collaborateurs lorsque le papillon nocturne est apparu sur son écran !

Ce n'est qu'au bout de cinq mois qu'une de nos caméras a capté une boule de poils noirs. L'image était floue. L'observation diurne de la zone filmée nous a apporté certains éléments : des poils noirs épais accrochés aux épineux et des matières fécales fraîches. L'analyse de ces preuves a permis de conclure qu'il pourrait s'agir d'un Ursidé.

Notre hypothèse fut vérifiée quelques semaines plus tard par la présence sur nos écrans d'une femelle et de son petit.

Il était là ce fameux ours du Kilimandjaro par nous baptisé Ursus kilimandjarensis. Un vestige vivant du pléistocène[2]

Afficher l'image d'origine

[2]Le Pléistocène est la plus ancienne époque géologique du Quaternaire et l'avant-dernière sur l'échelle des temps géologiques. Elle s'étend de 2,58 millions d'années à 11 700 ans avant le présent



26/11/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres