Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2022 - sujet 3 image 5

1656916223447.jpg

La Grande Pénurie

20 août 2022

 

Soudain tout s’arrêta.

 

Les puits taris annonçaient la fin de l’énergie bon marché, les pompes tournaient à vide... les machines ne marchaient plus.

La Grande Pénurie venait de débuter.
Après le COSMOGOL, la moutarde commença à disparaître rendant la nourriture bien insipide, puis ce furent le lait, le beurre, l’huile, la farine, le sarrasin, les pois chiches, les chips, l’houmous...

Les pommes de terre, terrassées par la sécheresse, ne grossissaient plus, les semences en toute sorte allaient manquer.

Le gaz n’arrivait plus.

Depuis la planète des GIBIS qu’il venait d’annexer à grands coups de bombes et de missiles, le grand méchant MOURCHINE avait coupé le robinet.

 

Les SHADOKS paniqués remplirent précipitamment leurs caves et leurs greniers de victuailles et combustibles de toutes sortes, faisant monter encore plus les prix.
Les granulés de bois commencèrent à manquer.

L’inflation faisait rage.

Pendant ce temps, la planète surchauffait.
« Ah, nous aurions dû écouter le Professeur SHADOKO, quand il avait annoncé quelques années plus tôt les risque du réchauffement climatique », se lamentaient les SHADOKS.

« Mais nous n’avons rien fait, nous avons continué à marcher, à pomper, nous ne savons rien faire d’autre ! Pauvres de nous ... »

 

À force de surchauffer, les forêts s’embrasèrent, les glaciers disparurent, les rivières et les lacs se vidèrent, l’eau en vint à manquer partout.

 

Comble de malheur, alors que le Savoir Cornu N°19 terminait sa sixième vague, voilà que débarquait un nouveau virus, la Vérole du Dingue !

 

Les SHADOKS se dirent que le BIG BLANK qu’ils redoutaient depuis si longtemps était hélas arrivé : C’était la fin de leur monde, la grande peur de la « Bougrinette », la mort ou la fin inéluctable incarnée.

 

Quand le Professeur SHADOKO annonça que les fusées-navettes destinées à rejoindre la planète TERRE étaient enfin prêtes et que le Grand Exode pouvait commencer, l’espoir renaquit chez les SHADOKS qui se congratulèrent et sautèrent de joie.

 

Il y eut un monde fou pour assister au retour de la fusée de l’astronaute SHODA-PESKET parti en éclaireur reconnaître la planète bleue qui faisait tant rêver le peuple.

 

Dès qu’il posa le pied au sol, les journalistes et les micros de Télé-Radio-SHADOK jaillirent devant lui pour l’entendre déclarer sans ambages :

« C’est fichu les gars, la situation là-bas est encore pire qu’ici ! »

 

Alors, la tête basse, les SHADOKS se remirent à marcher et à pomper leurs puits asséchés.
Que pouvaient-ils faire d’autre ?

a13s3image5.jpg

JeanBat



28/08/2022
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 376 autres membres