Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 2 - 2019

Ronde de mots - Sujet 1

Il étudiait avec grand soin, la DESCRIPTION topographique du parcours. Il trouvait cette ACTION très importante avant le départ de la COURSE, d'autant plus qu'il se méfiait grandement de la FROIDURE de ce mois de novembre. Il savait que son grand-père déjà, l'avait fait lui aussi, ce difficile marathon des vignes. Il se rappelait avoir trouvé des coupures de journaux sur l'événement dans le GRENIER. Et papy avait fait alors un sacré bon temps. Cela lui mettait une terrible pression !

Je jour J était arrivé et des voitures avec GYROPHARES parsemaient le parcours de lumières, car les SENTIERS étaient assez peu visibles dans ce brouillard. Il n'était pas rare, voire même SOUVENT de se tromper de direction. Le temps n'était pas un allié, rendant les chemins boueux et glissants.

L'arrivée était encore loin et déjà de belles crampes s'annonçaient dans les cuisses et les mollets. Les postes relais étaient attendus comme le messie, distribuant boissons et DEBITANT des tranches de cake.

Il fallait penser à autre chose, au soleil, aux vacances cet été, aux nuits douces sous la tente IGLOO. Un ECHEVEAU d'idées, juste pour sortir des douleurs du corps. Penser, penser, ne pas subir. 

Avaler les kilomètres restants en ayant la tête ailleurs, jusqu'à la ligne d'arrivée, libératrice des douleurs et du bonheur d'avoir été jusqu'au bout. Mais cette fois ci encore, papy, je n'ai pas fait mieux que toi. Qu'importe ! La prochaine fois peut être, au prochain VOYAGE.

Tautogramme en o

lettrine-o.jpg

 

Orage à l'orient, oasis à l'occident. 

Il observe l'objet, œuvre d'or et d'organdi. 

Il est omnibulé par l'odalisque, ondulante comme un orvet. 

Ses orteils, ses omoplates, ses ongles et même sans offense, ses ovaires, orchestrent chez lui une orgie œdipienne. Une obole, une ode, une offrande occulte à son orgasme obscène.

L'ombre d'une overdose s'opère dans son organisme. Il en oublie l'ordonnance de son objectif: son obésité obsessionnelle. Obstacle originel à son odyssée obscure. 

Il s'occupe alors, occasionnellement, mais avec obéissance, à ordonner les opus d'opéras sur son orgue onirique. Oratorio d'octaves pour oreilles non oxydées. Ceci opère une oraison olympieuse à son obsession organique. Il obéit alors à l'ordre obscur, voire occulte de son offrande omnipotente.

  

Photos

démons atelier 2.jpg
 

Un arbre cheval, oui madame, et pourquoi pas ! 

Vous ne savez pas ce que c'est que d'être un arbre. On vous plante là, sans votre avis, et désormais c'est jusqu'à la mort ! 

Mais moi, je voulais voyager, voir du pays. Partir voir les autres arbres, car il y en a d'autres, ailleurs, plein, j'en suis sur. 

Alors mes racines sont là, bien profondes. Je sais, je me nourris de ce que m'offre cette terre et moi en récompense je souffle de l'oxygène pour chacun. Mais quand même ! Mon horizon, toujours le même ! Vous aimeriez ça, vous ? Pas pouvoir bouger ! 

Alors un jour , j'ai décidé qu'il fallait que ça change. Et j'ai pensé, pensé et pensé encore pour que quelque chose se passe, pour que moi aussi, je puisse passer la colline, voir ce qui est de l'autre côté, suivre la petite rivière pour commencer, puis on verrait.

Et un jour c'est arrivé. J'ai senti des fourmillements dans mes racines, des ondulations dans mon écorce et du remue-ménage dans mes branches. 

Des sortes de pieds sont sortis du sol et j' ai pu avancer. Oh là là c'était fabuleux. J'ai fait quelques pas, appris l'équilibre et avancé de plus en plus vite. Les autres me traitaient de fou, me regardaient, hébétés. Je n'en avais cure.

 

  • Je pars visiter le monde, à bientôt, je reviendrais vous raconter. 

 

Ce jour fut le  premier jour d'un long périple. 

Je ne revins jamais sur ma terre de naissance. J'avais trop à faire à parcourir le monde et maintenant, je suis trop vieux et c'est trop loin ce chemin de retour ! 

J'ai tant appris sur ces routes, croisé tellement d'autres choses si différentes.

Maintenant, je veux juste dire à tous mes semblables, allez-y, croyez à vos rêves, croyez-y très très fort et ils se réaliseront. 

Et voilà comment je suis devenu un arbre-cheval, oui madame !! 

 

Joelle Grisolet



29/01/2019
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 167 autres membres