Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 1 - 2023 - Sujet 3

a1s3.jpg

 
Instant de vie 
 
C'est déjà l'effervescence au garage, le patron a ouvert les portes dès 7 heures et la chienne traîne ses kilos à travers les bidons d'huile et les pneus usés. Mirette n'est plus toute jeune et son obésité l'empêche de se mouvoir comme elle le voudrait. Ah voilà sa petite maîtresse qui sort de la cuisine en courant pour embrasser son grand-père penché sur le moteur d'une R4. Alors la chienne remue la queue et s'avance en se dandinant, elle vient se frotter contre les jambes maigrelettes de la petite fille qui s'accroupit pour l'entourer de ses bras et plaquer son visage contre le museau humide de la chienne qui s'immobilise instantanément, seule la queue remue frénétiquement. Elle attendait impatiemment cet instant magique qu'elle voudrait éternel.
Mais la petite fille l'entraîne avec elle dans la cuisine
 
- Allez viens Mirette on va jouer, je suis la coiffeuse et tu es la cliente.
 
La chienne pose ses pattes avant sur sa chaise et Isabelle lui soulève la queue pour qu'elle puisse y grimper. La petite fille prend son panier avec les peignes, brosses et rubans multicolores de ses poupées. Mirette reste assise docilement, elle sait ce qu'on attend d'elle, elle a l'habitude, elle se soumet avec un immense plaisir. Elle est assise entre 2 autres clientes, 2 poupées statiques qui ne font que de la figuration pour donner plus d'authenticité à la scène. Alors les petites mains s'activent, elles frottent, massent, grattent, chatouillent. Les oreilles sont soulevées, retournées, tordues. Mirette craint un peu le peigne qui s'écrase sans délicatesse sur sa tête et ses oreilles mais la brosse à poils souples vient adoucir sa peau malmenée. Et puis ce sont les colifichets qui virevoltent : passementerie en tout genre, perles fantaisie, morceaux de laine, petites décorations de Noël désuètes récupérées par Isabelle sur le dernier sapin.
 
-  Regarde mémère comme elle est belle !
 
Mirette demande à sortir, elle part pour un petit tour, elle déambule sur le trottoir en reniflant chaque poubelle. Dans les années 60 les chiens sont libres, ni collier, ni laisse. Elle s'attarde devant la fenêtre de Madeleine, une vieille fille qui lui garde souvent des restes de repas. Elle s'arrête déjà essoufflée devant la vitrine du boucher, elle recevra peut-être un os pas trop décharné.
A midi elle est de retour à la maison, elle se plante devant la cuisinière où s'active la grand-mère qui s'énerve
 
"Allez ouste file de là !"
 
Et puis quand tout le monde est à table, la chienne s'assoit sagement au pied de la chaise d'Isabelle. Elle est à l'affût du moindre morceau de nourriture.
 
- Mémère j'ai fini, je peux aller dire bonjour à ma maman.
 
Isabelle se lève, la chienne sur ses talons. Ses parents habitent juste à côté dans un 2 pièces exigu. Mais 2 étages à monter ce n'est pas simple pour Mirette. Elle grimpe avec effort chaque marche en dandinant son popotin. Isabelle a déjà sauté au cou de sa maman alors que la chienne, langue pendante, continue péniblement son ascension. Enfin elle arrive, essoufflée, elle s'écroule lourdement sur le tapis devant l'évier, elle reçoit un grand bol d'eau.
 
- Maman, tu peux me donner de la farine pour lui faire un peu de bouillie.
 
Alors Mirette se relève, elle dévore des yeux la fillette qui mélange quelques cuillerées de farine avec un peu d'eau, le mélange est onctueux, en un coup de langue la préparation est avalée.
C'est l'heure pour la jeune maman de repartir au travail, alors elles redescendent toutes les trois. D'un pas lourd et mal assuré Mirette appréhende chaque marche avec précaution. Son bassin la fait souffrir et elle a peur de dégringoler.
 
Cet après-midi Mirette est seule, elle s'affale sur son tapis, seuls les bruits du garage l'empêchent de sombrer dans un sommeil profond.
 
Manou


02/02/2023
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 468 autres membres