Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 12 – 2019 – 1er sujet :

Écrire une lettre aux membres de votre famille avec la contrainte suivante :     Utiliser au moins 5 mots du Dictionnaire des Mots Inventés

 

Ermitage-sur-Lez, le 12 mai 2019

 

Chers Membres de notre Grande Famille,  Chers Vous tous,

 

J’espère que vous allez tous bien, là où vous êtes, éparpillés en ce moment sur quatre continents.

 

Merci infiniment pour toutes ces belles photos de la toute dernière génération. Tous ces bambins, qu’ils sont beaux et bien portants ! J’en suis toute plectrisse devant leurs images. Émue jusqu’aux larmes, je me console en me disant que dorénavant je pourrais partir à tout moment, le cœur tranquille et la tête haute. La relève est déjà toute assurée.

 

Néanmoins, il y a quelques points d’inquiétude de ma part [(même si ma confiance en votre sagesse (héritée entre autres de la réputation générationnelle familiale) est totale et ne souffre d’aucune exception)] concernant certains d’entre vous, notamment parmi les jeunes, qui êtes d’invétérés nebulitus. La nuit et ses dangers d’addiction à toutes sortes d’abus toxiques. L’apprenant, je suis toute péfrige, moi qui étais épousaillée jeune et à qui tout comportement primiforme9 se devait d’être banni.

 

Pour l’harmonie familiale, ne soyez pas epinol2 quand je vous conseille en outre d’éviter certaines personnes, bien connues dans notre milieu pour être de véritables aligotorus3 par leur attitude narcissique perverse.

 

Tous ces conseils affectueux n’ont pas d’autre but que cet ardent désir de vous savoir, tous, bien en phase avec vous-mêmes, tant dans votre vie personnelle que professionnelle. Qu’elle vous soit douce et sans embûches d’aucune sorte !

 

Ceci dit, je me dois en ce moment de revenir sur l’imbrication de nos deux histoires, celle immense et douloureuse du Viêt Nam et celle, ramiscile10 de notre grande et vieille famille. Certes plus modeste mais elle est tout aussi tortueuse et torturante. Qu’ils étaient nombreux ces évènements filichards4 qui abîmaient la sérénité de nos anciens !

 

Nullement itinétique5, je me dois de me plonger à présent dans la lecture de divers ouvrages. Les uns arides mais éclairants et d’autres plus accessibles par le romanesque. Vaste programme. Vais-je parvenir à rassembler tous ces ingrédients pour aider ma propre mémoire à trouver ses repères ? Le doute, insidieux, persiste.

 

Dernièrement, en rangeant mes dossiers, je suis tombée sur la couverture de Science & Vie, n° 1212 de septembre 2018, qui annonce que pour la « Mémoire, on a découvert les molécules des souvenirs », grâce à ce nouvel axe de recherche qu’est l’épigénétique. Quelle fabuleuse découverte !

 

Comme j’aimerais pouvoir accéder à ces molécules susceptibles d’apporter quelques améliorations à ma mémoire défaillante ! Elle continue à me faire des tours de cache-cache comme si mon cerveau avait subi une opération qui ne s’était pas bien passée, entraînant dans son sillage des séquelles irréversibles. Si telle réminiscence s’y couche immuable comme l’insecte encastré dans l’ambre, d’autres souvenirs, par légions entières, refusent d’office de manifester le moindre désir de revenir s’y exposer malgré mes appels, prières et autres incantations.

 

Et puis il y a cette souffrance à me replonger dans ces non-dits, dans ces souvenirs collés aux soubresauts politiques meurtriers d’un pays confronté à de filichardes4 calamités insupportables. Et la douleur me revient, lancinante. Comme un boomerang dans mon cœur bien chancelant en ce moment.

 

Il y a quelques années, Anne-Marie m’a offert le livre phare de Gao Xingjian

« La montagne de l’âme ». A l’époque, préoccupée par diverses charges mentales incompressibles, je l’avais lu en diagonal, me promettant d’entamer plus tard une relecture plus digne une fois mon temps libéré de toute contrainte.

 

La promesse vient d’être réalisée, jeudi dernier vers quatre heures du matin.

 

Quoi de plus aboutissant que ce rappel des mots marquants issus de

l’Invitation au voyage (Baudelaire) et de La montagne de l’âme. D’où ces mots sortis de ma respiration :

 

          Les mots de l’âme

         

Alors qu’un voyage s’invite

            « La montagne de l’âme » s’achève.

           

            Longuement lus

            Les mots se cueillent

Mûrs et têtus

            Dans le luxe solaire

            Par-delà le calme lunaire.

 

Enhardis par ce faste,

            Descellés,  

Décryptés,

Ils partent à la trace

De temps masqués

De temps volés

De la grande histoire néfaste.

 

Pareils aux vagues sur la grève

S’écrivant

Ils s’en approchent

S’écrivant

Ils s’en éloignent.

 

Telle l’écume des jours

Ils lâchent sans détour

Les ineffables croyances

En cours de cadence

D’un insondable grimoire

Où contrits par la vie

Mais désormais remplis

D’espoirs

Ils s’épanchent

Sur les non-dits

De la petite histoire.

 

Semblables à la sève au printemps

Ils s’abreuvent aux sources 

De l’écoute accueillante

Du clan.

 

L’ordre  des mots rescapés

Beauté  des mots trouvés

Volupté  des mots libérés.

 

 

Dans sa méditation sur la mort et donc sa réflexion sur la vie, François Cheng a eu ces mots : « Vivre : mûrir, périr », rejoignant probablement Shakespeare pour qui « Ripeness is all ».

 

Périr : ça n’a jamais été dans mes intentions.

Mais mûrir : ça oui et avec le temps qui me reste, « symphonie verticillée » sera ma plate-forme de recul et de réflexion, une fois l’émotion maîtrisée. Des points d’orgue sont donc à prévoir, lors du mûrissement.


Gao Xingjian a déclaré qu’il aurait, grâce à l’écriture de ce long roman,

« Réglé ses comptes avec la nostalgie du pays natal »

 gao2.jpg

Illustration : Oeuvre de    GAO XINGJIAN

 

 

 

Comme c’est juste !

Et dire que jusqu’ici, je n’ai pas trouvé la phrase exacte qui correspond à mon ressenti, si semblable au sien.

 

Là, c’est fait.

Grâce à la présence de Vous tous dans mon cœur.

 

 

Elfina

Ermitage-sur-Lez

12/05/2019

 


Les dix mots utilisés du Dictionnaire des Mots Inventés par :

 

  1. Aligotorus (Marie) : croqueur de cervelle
  2. Epinol (François) : froissé
  3. Epousaillée (Claudine) : épousée à l’ancienne
  4. Filichard (François) : violent
  5. Itinétique (Claire) : se dit d’une personne expérimentée, experte dans son domaine
  6. Nebulitus (Marie) : personne qui vit la nuit
  7. Péfrige (Claire) : stupéfié
  8. Plectrisse (Claire) : attendri, ému
  9. Primiforma (François) : extravagant
  10. Ramiscile (François) : inédite


12/05/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres