Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 12 - 2022 - sujet 3

 


big_artfichier_747085_9386401_202206214045294.jpg

Elle est  jeune,  elle  est mignonne, elle  espérait  trouver sa place,  rencontrer l'amour,  la  sincérité. Elle  était en échec scolaire, elle n'avait pas  réussi les dernières épreuves  du Bac. Elle  se sentait marginale, incomprise, ses  parents ne la  trouvaient pas normale,  ses cheveux courts étaient  roux,  elles les avaient teint en rouge pour leur montrer qu'elle les provoquait,  qu'elle leur faisait un doigt  d'honneur. J'en ai rien à faire de ce que vous  pensez,  semblait-elle dire à tout son entourage. Surtout à  ses  parents !

 

Elle  rêvait  d'un autre monde, où on  ne serait pas obligé de  séduire pour se faire accepter, de rentrer  dans le moule, de  faire comme les autres, comme ces petits soldats qui marchent tous au pas, qui obéissent à des lois sans les comprendre. Un autre monde où il suffirait d'apparaître, pour être regardé, écouté  et aimé. Où  les bonjours seraient accompagnés  de sourires, de signes de  bienveillance.  Où  l'amitié  pourrait  durer toujours et où personne ne serait abandonné, où  les soucis et les problèmes de chacun seraient  considérés,  étudiés puis solutionnés.

 

Un monde où les animaux, les plantes, les  personnes âgées, la terre, la forêt, la mer, les  femmes, les enfants,  les migrants,  les  sans domicile,  les chômeurs et les policiers seraient  respectés. Où  les soignants seraient considérés et soutenus pas tous.  Dans ce monde il y aurait une démocratie,  avec la  possibilité  d'un référendum en  cas  de  difficultés  économiques ou  en cas  de  guerre. Dans  ce monde merveilleux  tous les pays  seraient  solidaires et en accord avec une  vie saine,  sans profit,  sans propriété,  avec le  partage  des richesses selon les  mérites de chacun. A  savoir  que les personnes ayant  eu  des épreuves dans leur vie auraient des  aides et des possibilités de  se  reconstruire,  les  exigences ne seraient pas les  mêmes pour  tous.

 

Faire le bien  serait récompensé, partager  avec les autres serait reconnu. Ce serait selon la  capacité et le vécu de chacun. Un monde plus juste qui ne serait plus fondé sur l'argent et l'ambition. Un monde plus humain, plus intelligent avec la connaissance  des  besoins de  tous au  détriment  d'aucun.  Où  l'aumône  et la charité  seraient remplacées par le partage  et l'échange.

 

La jeune  fille s'envole,  elle  veut  quitter  ce monde matériel, elle  se  sent  légère, elle  vole  loin des contingences, loin  des obligations,  des horaires,  des dictatures,  des ordres,  des critiques, des humiliations, des  moqueries.  Elle  voit la lumière du  futur, elle  part, elle vole.

 

Dans  sa  tête  elle  pense  "mes parents, je pars !  Oui mes parents,  je  pars ! Vous ne me reverrez pas. Je  pars. Mes parents,  je m'envole, oui je vole vers un monde que vous ne comprenez pas, un monde nouveau ou les vieux  fonctionnements n'ont plus leur  place.

 

Je  penserai à vous pour ne pas faire pareil, je penserai à vous pour faire autrement : avoir une  santé meilleure, une  vie  de  famille meilleure,  un travail meilleur et plus  cool, des amis sur qui compter,  des  enfants joyeux,  des animaux heureux, une planète en bon état.

 

Mes parents  je pars  !!!!"

 

Claudine L



28/06/2022
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 369 autres membres