Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 13 - 2019 - sujets 1 et 2

 

Atelier N° 13 — Sujet n° 1 — Logo-rallye

 

 

Adul’Taire et double jeu

 

Sacha LHOMME était en train de compulser les notes prises pendant ses longues heures de filature lorsqu’un épouvantable événement se produisit. Il planquait devant la brasserie l’Astrolab pour une énième histoire d’adultère, embauché par une épouse bafouée. Celle-ci soupçonnait son mari de fréquenter l’établissement pour des rendez-vous galants. Une carte miniature à l’enseigne du lieu, trouvée dans l’une des poches de pantalon de son époux, l’avait mise sur la piste d’une possible maîtresse. Elle avait donc décidé d’engager le meilleur détective privé de la vielle de Sainte-Croix les désavoués afin de démêler l’écheveau d’une potentielle intrigue amoureuse.

 

Sacha LHOMME leva machinalement les yeux de son carnet et regarda dans le rétroviseur central de sa camionnette. Une silhouette qu’il ne connaissait que trop bien marchait sur le trottoir desservant la brasserie. Il se saisit de son appareil-photo, écarquilla un œil interrogateur dans le viseur du téléobjectif et ne put que constater la réalité dans toute sa nudité : il s’agissait bien de sa femme ! Que faisait Herta dans cette partie de la vielle à une heure aussi tardive, elle d’ordinaire plutôt couche-tôt et surtout casanière ?

 

Le détective eut le soudaine impression d’être tombé dans une ornière, piège terrible duquel il était difficile de s’extraire. Il tendit le cou et se souleva de son siège pour ne rien perdre de la scène qui se déroulait devant ses yeux ébahis. Il vit sa femme s’arrêter devant l’Astrolab, en pousser la porte et s’engouffrer à l’intérieur. Sacha se laissa retomber lourdement sur son postérieur, ses mains s’accrochant de manière fébrile au volant de son estafette camouflée en véhicule d’épicerie primeur.

 

Le fin limier fut pris de vertiges et de tremblements. Ses yeux se mirent à piquer de façon très désagréable comme s’ils avaient reçu de la poussière de terre et de sable mélangés, propulsée par un quad sur un chemin de campagne.

 

Il se ressaisit. Se pouvait-il que… ?

 

Il sortit de son véhicule, s’approcha de la vitrine du restaurant et laissa son regard s’accoutumer à la lumière tamisée de la salle. Il balaya les tables de ses yeux experts et s’arrêta sur l’une d’elles. À gauche, oui, il s’agissait bien de sa femme, très séduisante dans sa robe-fourreau noire qui lui dégageait subtilement les épaules. À droite, un homme de belle carrure, brun, la peau mate qu’un collier de barbe soulignait avec harmonie. Lorsque celui-ci tourna la tête pour répondre au serveur venu prendre la commande, il reconnut le visage carré maintes fois regardé sur une série de photos.

 

Sacha LHOMME eut cette fois la douloureuse impression de recevoir un coup de massue dans l’estomac et son cœur se mit à faire des bonds dans sa poitrine. Son crâne fut assailli par une colonie de pics-verts lorsque les mains de sa femme et de l’homme en face d’elles se rejoignirent en un geste tendre sans équivoque.

 

L’homme qu’il découvrait en compagnie de sa femme n’était autre que… le mari de sa cliente ! Vous y croyez, vous à une histoire pareille ? Par quel jeu de coïncidences lui Sacha, pouvait-il se retrouver au centre d’un tel imbroglio ?

 

À cette heure et en ce lieu, il n’avait qu’une envie : débouler dans l’Astrolab, se munir d’un récipient qu’il remplirait d’eau froide et qu’il déverserait sans ménagement sur les deux amants afin de stopper leurs ardeurs ! Imaginez le tohu-bohu qui s’ensuivrait parmi la clientèle, celle-ci dévisageant le couple pris en flagrant délit d’adultère ! Oui, mais voilà ! Dévoiler ainsi son jeu était tout simplement impossible. Il fallait la jouer plus fine, plus subtile ! Ourdir un plan qui amènerait les deux protagonistes à cesser leur relation et à rentrer chacun au bercail. Pour cela, il lui fallait s’octroyer la complicité de sa cliente non sans lui avoir révélé au préalable l’étourdissante situation.

 13-2019-s1.jpg

© Ouvrez les Guillemets 63 – 26.05.19

 

Atelier N° 13 — Sujet n° 2 — Écrivez le dialogue entre les deux animaux

 

 

Amitié improbable

 

—      Oh Guet-Apens tu me chatouilles avec tes vibrisses ! J’ai envie d’éternuer !

—      C’est vrai Tamisole ? Moi je veux juste te faire un câlin !

—      Un câlin baveux et chatouilleux alors ! Oh et puis tu me laboures le bidou avec tes pattelettes tout en coussinets !

—      Tu n’aimes pas ?

— Oh si j’adore ! Ça fait boing ! boing ! boing ! Comme lorsque l’on saute sur un tapis de feuilles très épais pendant l’automne

—      Dis-moi Tamisole ! Tu m’apprendras à grimper aux arbres ?

—  Ah, ah, ah ! Grimper aux arbres mon petit lioncelet ? Mais comment le pourrais-tu voyons ? Tu n’as pas la morphologie pour cela. C’est comme si je te demandais de m’apprendre à courir à 60 km/h !

—      Je pourrais tu sais. Il suffit de se mettre à quatre pattes au-dessus du sol, de prendre son élan puis de courir le nez au vent. Et puis s’il y a un gibier droit devant toi, tu cours encore plus vite.

—      Tu en as de la ressource félin de mon cœur. Mais je doute de pouvoir faire comme tu dis. Nous devons nous contenter de nos parties de cache-cache dans les hautes herbes et de nos promenades patte à patte jusqu’à l’étang de la source vive

—      Et aussi nos parties de guili-guili ! Attends un peu mon Tamisole adoré ! Je vais te faire exploser de rire ! Rrrrh Rrrrh !

—      Attention petites babines rieuses, je vais te serrer tellement fort de mes grands bras attrape-lianes que tu ne pourras pas t’échapper !

 

« La différence n’empêche pas l’amitié »

Michel TOURNIER

 

 amitié particulière.jpg

© Ouvrez les Guillemets 63 – 26.05.19

 

 

 

 

 

 

 

 



28/05/2019
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 172 autres membres