Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 13 - 2020 - Sujet 5

a13s5.jpg

Remords

 

J'avance, seul face à l'inconnu, sans peur, mais plein de remords.

 

Pourtant, au départ, en allant voir Sophie, j’avais la conviction absolue de l’amoureux tranquille : tout allait bien se passer. Sans le savoir j’étais adepte de la fameuse pensée trumpienne : « j’en ai envie, donc cela sera ».

 

Et cela fut ... à un ou deux détails près. J’avais cru jouer malin... mais juste oublié d’envisager qu’il y ait plus malin que moi.

 

Après les retrouvailles, qui se sont passées selon mes espérances, je lui ai raconté le plan monté avec Freddo. L’arnaque était prometteuse, elle devait m’apporter plein de fric ...

  • Sauf que ton Freddo m’a bien eu, il a encaissé le pognon et m’a laissé l’ardoise des préparatifs.
  • Attends, qu’elle a dit Sophie, et d’un, c’est pas « mon Freddo », et de deux, je t’avais prévenu qu’il était pas franc du collier, t’es pas de premier qu’il a entubé, ni le dernier sans doute.
  • Cela devrait me consoler ?
  • Non, mais si t’es prévenu et que tu continues, c’est que tu cherches les emmerdes non ? Enfin, si ça peut te servir de leçon ...
  • Hé ! Ho! t’es ma mère pour me faire la leçon ?
  • J’ai raison non ?
  • Camembert ! Insiste pas sinon ...
  • Sinon quoi ?
  • Tu vas m’énerver.
  • Te faut pas grand chose.
  • Arrête là, tu me cherches ?
  • Et si j’arrête pas ?
  • Ça va mal finir, tu le sais très bien !
  • Oui, mais j’aimerais bien te l’entendre dire.
  • Tu vas te prendre une branlée, t’en as envie, c’est ça ?
  • Et tu vas me cogner comme d’habitude ?
  • Mieux que d’habitude, même, puisque tu aimes.
  • J’aime pas, pas du tout même.
  • Alors pourquoi tu me tournes autour ? pourquoi tu me chauffes ? pourquoi tu me traites de branque ?
  • J’ai pas dit ça, mais peut-être que t’en es un, vu ce qui vient de t’arriver alors je ...

 

Je l’ai pas laissée terminer, j’ai commencé aussi sec à la frapper. Manifestement elle attendait que ça non ? Ce sera comme les autres fois, d’abord une bonne rouste puis on se rabibochera au pieu.

J’ai bien fait gaffe à pas la marquer. Règle de base, taper dans le mou. Un coup, deux coups, je commence à m’échauffer, je la sens bien ...

Y a eu comme un écho, un coup, deux coups à la porte. Je me suis figé.

 

  • Police, a dit le premier mec en entrant sa plaque à la main, on a tout vu, tout enregistré, flagrant délit, ton compte est bon mon gaillard.

 

J’ai regardé Sophie. Elle m’a souri en désignant une petite caméra que j’avais jamais vue sur l’étagère.

 

  • Dimanche je t’ai dit que les baffes c’était la dernière fois. J’ai fait ce qu’il fallait pour ça.

 

Un mec m’a menotté par derrière, puis, quand il s’est planté goguenard devant moi.

 

  • Freddo !

 

J’ai eu la haine.

 

J'avance, seul face à l'inconnu, sans peur, mais plein de remord. Pas le remord des baffes qu’elle méritait, mais celui de m’être laisser prendre comme un bleu.

 

Agol



05/08/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres