Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2021 - sujet 3

6.png

 

Toute sa vie, elle avait joué le rôle de la fille parfaite. Celle que tout le monde pensait connaître. Jamais elle n’avait exposé son vrai visage, sa fragilité. Elle avait tenté de se rapprocher de l’image qu’ils avaient tous d’elle et plus que tout du but à atteindre.

 

Aujourd’hui, à l’automne de sa vie, c’était terminé. Elle s’attribuait enfin le droit d’être elle-même ! Depuis deux semaines, elle publiait ses articles sous son vrai nom.

Cela signifiait beaucoup pour elle, une certaine forme de liberté et surtout d’être... qui elle voulait vraiment !

 

Elle avait travaillé des années durant dans cette maudite usine où jour après jour, elle avait relevé tous les agissements ignoble de son patron et de certains de ses cadres.

Elle avait fait de cette enquête l’essentiel de sa vie renonçant à tout le reste pour rendre justice à ses collègues disparues. Cette fois tout était prêt.

 

Son boss était parti dix jours plus tôt en Afrique avec sa maîtresse, laissant son épouse désespérée. Il l’avait retrouvé hier baignant dans son sang. C’était l’infidélité de trop, elle s’était ouvert les veines.

 

A son enterrement il avait raccourci l’hommage qu’elle avait rédigé pour elle, pour rendre hommage à l’héritière de cette entreprise qui avait toujours œuvré pour le bien de ses salariés.

 

Aujourd’hui, il était l’héritier de tout son patrimoine et elle savait qu’il se moquait pas mal de faire fonctionner ce bel héritage. Il repartait des demain pour huit jours aux Seychelles.

 

Elle l’aida à préparer de nouveau ses bagages avec sa voisine, une autre de ses maîtresses. Elle savourait ce moment songeant à la bonne surprise qu'il aurait en rentrant de voyage.

 

Dans l’une des valises, elle glissa une lettre de sa femme qu’il découvrirait à son arrivée à l’hôtel. Elle rangea ses couvertures dans l’armoire, remplit le sac avec les draps à laver qu’elle emporta au pressing. Elle lui souhaita même un bon voyage !

 

Demain à la première heure son article paraîtrait dans la presse. Ce qu’il ignorait c’est que son épouse avant de mettre fin à ses jours lui avait transmis les clefs de l’entreprise à elle et que celles-ci étaient à présent entre les mains de la brigade financière.

 

La revue « le Monde » avait exigé l’exclusivité, et les agents lui avaient donné leurs accords sous réserve que l’enquête soit close.

3.png

Tandis qu’elle regagnait sa voiture, le soleil sortit des nuages. Oui sa nouvelle vie commençait et elle s’autorisa enfin un vrai sourire. Ses amis et collègues ne souffriraient en aucun cas de l’enquête, car le frère de son épouse en reprendrait les rênes et c’était un excellent gestionnaire, honnête de surcroit.

 

L’homme était heureux, lui aussi, de savoir que bientôt celui qui avait  conduit sa sœur au désespoir allait finir sous les verrous avec sa bande d’escrocs.

 

à suivre...

 

Maridan



21/08/2021
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 308 autres membres