Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 13 - 2021 - sujet 5

 IMG_20210826_065136.jpg

Ce matin elle s’est levée avec le soleil. Elle déborde d’une énergie incroyable. Son patron est sous les verrous avec ses trois plus proches collaborateurs. La brigade financière a estimé le détournement à plus de deux millions d’euros. Tous ses biens ont été saisis sauf l’entreprise qui a été confiée à son beau-frère pour la plus grande joie des employés.

 

L’homme s’était suffisamment enrichi, pour qu’à sa sortie de prison, il puisse encore bénéficier d’un pactole certes rétréci, mais encore existant.

Heureusement, elle avait été ravie d’apprendre qu’outre les biens saisis et vendus pour rembourser l’argent détourné, il allait devoir payer les nombreuses amendes dues aux salariés qui avaient porté plainte contre ses harcèlements. Quand tout serait réglé il serait sur la paille.

 

Pierre, son beau-frère, dirigeait à présent l’entreprise qui suite à son arrestation avait vu son carnet de commandes se remplir. C’était un homme honnête et avisé et sous sa gouverne les affaires marchaient très bien.. Il favorisait la formation en interne et avait choisi ses proches collaborateurs parmi le personnel existant.

 

Quant à elle, son article lui avait valu une certaine notoriété dans le petit monde de la presse et les propositions depuis arrivaient régulièrement. Elle avait choisi le statut de freelance ce qui lui avait offert de nouvelles possibilités et notamment les articles en primeur des lanceurs d’alerte. Aujourd’hui elle prenait plaisir à écrire sur tout ce qu’elle voyait au cours de ses déplacements.

 

Elle revoyait l’époque où enfant, elle se rêvait au-dessus des nuages observant la ville d’en haut avec un parapluie pour la protéger des fureurs du ciel.

Alors qu’elle visitait Venise, la ville dont elle rêvait depuis des années, elle était tombée, victime d’un accident cérébral sévère. Lorsqu’elle s’était réveillée, pour une raison qu’elle ignorait elle avait vu une somptueuse robe rouge accrochée dans son armoire. L’infirmière lui raconta qu’elle était ainsi vêtue lorsqu’on l’avait conduite aux urgences. Aujourd’hui, même si elle avait oublié ce qui avait précédé son arrivée à l’hôpital, elle savourait néanmoins « la beauté de vivre deux fois. »

Maridan



26/08/2021
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 308 autres membres