Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 14 - 2020 - Sujet 3

Une odeur de bonheur.

a14s3.png

En arrivant à l’appartement, je découvre une scène inhabituelle, mais particulière à l’automne. La cuisine s’affole dans un remue-ménage un peu bizarre. Sur le poêle, un grand chaudron joue les percussions d’une cuisson exaltante, tandis qu’un bouquet de saveurs chatouille mon odorat jusqu’à me faire avouer ma jouissance olfactive. Ça sent la confiture. Je ne connaissais pas ce talent de marmiton chez mon père. Comme un vrai chef, coiffé d’une toque et cuillère de bois à la main, il brasse vigoureusement son mélange pour lui donner une odeur de bonheur.

 

 « Tu veux goûter, ma fille? » me propose-t-il de bon cœur. Pour lui faire plaisir, je m’avance le bec vers l’ustensile enrobé de cette bouillie fumante qu’il souffle au-dessus d’une soucoupe pour la faire refroidir avant d’y goûter. J’hésite, car je n’aime pas particulièrement la citrouille. Mais comment refuser son offre?

« Hum! C’est délicieux! » m’écriai-je, le plus sincèrement possible, tout en tournant ma tête vers le mur pour cacher ma grimace. Que voulez-vous, moi je n’aime pas la citrouille.

a14s3b.jpg

Personnellement, cette volumineuse courge orange représentait l’occasion de sculpter dans sa pelure une figure affreusement gâchée, et de brûler dans son centre une chandelle en cire puante afin de l’exposer en vitrine ou en bordure du balcon, pour la fête d’Halloween. Voilà tout! Ce geste remonte loin dans mon enfance. Il y a des siècles que j’ai perdu le goût de sculpter la citrouille. De toute manière l’unique potiron sacrifié ne permettait aucun rachat. Et moi, j’aime la perfection.

 

Avec le temps et les tracas de la vie, j’ai appris que même si nous dédaignons certaines choses, même si nous vivons des circonstances nuisibles, par elles, nous développons en nous de nouvelles forces. De chaque événement bon ou mauvais, nous tirons une leçon de vie. À nous de nous adapter aux imprévus et mesurer nos capacités à surmonter ou à gaspiller nos énergies quand nous n’avons pas le choix de les affronter. Lors d'un duel, il y a toujours un gagnant. Et c’est celui qui reste en vie qui donne à l'existence une odeur de bonheur.

 

Enial



01/10/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 242 autres membres