Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 16 - 2018 - 1et et 3ème sujet

Le repère sur le calendrier.

 
22089459_1658186194193832_6267162866231097796_n.jpg
 
Elle était arrivée la veille, liquéfiée de fatigue, abasourdie par le   bruit   de la route et du   bateau à moteur. Débarquée à l’aube sur le quai désert, elle avait marché jusqu’à la    lisière du bourg.
La porte de la   vieille   maison de pierres grises grinçait toujours autant,   elle avait monté l’escalier qui menait à l’unique pièce de l’étage, et s’était endormie   toute habillée sur le lit en bois de son aïeule, dans le    silence   profond qui précède les   tempêtes.
 
Quel était le sens de tout ça, ce départ précipité de Paris, sans bagages, cette décision   défiant toute logique   ? Elle n’avait prévenu personne, ni son boulot, ni ses parents, ni    même Tommy, qui devait se faire un sang d’encre.
Dans l’habitacle de sa voiture, elle avait rejoué cent fois la partie d’échec qui avait   nommé ce gouffre dans lequel elle se sentait infiniment aspirée.
 
En plaçant et déplaçant les membres de sa famille incarnés par des inconnus dans    l’espace devant elle, quelque chose était apparu, qui avait soulevé une marée de larmes   interminables.
 
La   nouvelle   n’en avait pas été une. Boucle l’avait toujours su    :   ailleurs et avant, elle   avait eu un double. Il avait suffi d’un   instant   pour que l’une des deux se désolidarise de    l’autre et entraîne dans sa   chute   sans fin sa moitié, lestée de culpabilité et de   ressouvenances confuses.
Le meneur avait baptisé son ouragan   : jumeau perdu.
 
Jumeau perdu.
 
Comment deux mots aux consonnances si douces pouvaient-ils entraîner en elle un   soulèvement aussi violent   ?
Le café refroidissait dans le bol.   Boucle avait posé les coudes sur le formica gelé de la    table. Elle n’avait pas allumé le chauffage et ne tremblait pas pour autant. Tôt le matin, le chat avait gratté à la porte, elle lui avait ouvert, il avait sauté sur la table,   replié ses pattes sous lui, sommeillait par intermittence en observant de temps en temps    sa compagne imprévue. Depuis le décès de sa grand-mère, le mois dernier, les voisins le   nourrissaient.   
Boucle se laissait hypnotiser par ses ronronnements.
 
Son regard attrapa le calendrier des postes. On n’en voyait plus des comme celui-là,   flanqué de deux chatons dans un panier en osier. Sa grand-mère l’avait punaisé dans le    bois tendre du vaisselier, dessus figuraient, notées au stylo tremblotant, les dates   d’anniversaire des uns et des autres. La sienne y était notée également, le 5 février,    c’était pour bientôt.
Le chat se leva, étira ses pattes et vint frotter sa tête fraîche sur sa main. Elle ne bougea   pas. 
 Boucle fixait le point rouge, sur la colonne du mois de janvier, le 11, et son prénom écrit à   côté.
 
Une vague glacée monta soudain et la souleva de sa chaise, qui se renversa sur les    tomettes avec fracas, le chat détala.
Elle trouva le mur derrière elle et se laissa dégouliner sur ses jambes.
Sa grand-mère savait    : le 11, c’était hier, elle savait que Boucle allait venir.
Cette force qui l’avait menée ici c’était donc cela    : elle avait simplement obéi   au repère   sur le    calendrier.
 
Le chat voulait sortir, il faisait des va-et-vient devant la porte en miaulant pour la sortir de   sa torpeur.
Elle attrapa le ciré sur la patère.
Elle voulait l’océan, les embruns, le sel âpre et le sable qui cingle, elle voulait le froid    tranchant les lèvres et les doigts, les algues pourrissantes qui donnent la nausée, elle   voulait creuser la vase jusqu’à se casser les ongles, déterrer l’ancre qui l’arrimait au vide.   Elle voulait la tempête pour souffler sa vie où rien n’était à sa place, sa vie où l’absence   pillait ses moindres désirs.
Il y avait eu erreur, quelque chose avait faussé son chemin.
 
Ils annonçaient les grandes marées pour dans quelques heures.   Elle attendrait. Là,   dans   le port,    assise sur les rochers.
 
En contemplant l’eau plate et sombre devant elle, Boucle ne se donna qu’une   seule   consigne   :   rester sur l’île jusqu’à faire sauter les digues qui rétrécissaient son   univers depuis toujours.
Résoudre l’anagramme   de sa vie, enfin.
 
Son portable vibra dans sa poche, Tommy   :
«   L’audace est un cadeau. Tu as bien fait.    »
 
Christelle


19/01/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 167 autres membres