Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 16 - 2023 - Sujet 1

a16s1.jpg

 

Il y a fort longtemps dans la plupart des contrées, toute femme versée dans la science des plantes ou différente, être rousse par exemple, était accusée de commerce avec le malin.

 

Bardés de certitudes et forts de leur bonne conscience, hommes de loi, d’église ou simplement  voisin jaloux, à la vue de fioles inconnues d’eux se pressent de qualifier la pauvre femme de sorcière.

 

Ils s’en emparent promptement pour la mener devant le tribunal où bien évidemment le jugement est vite rendu et sans appel. La pauvre femme est condamnée à être brûlée vive et sans attendre le bourreau dresse le bûcher.

 

Les cruches de mauvais vin circulent de mains en main dans la foule qui  trépigne d’impatience pour voir le spectacle de l’impie se tordre de douleur dans le brasier.  Enfin repue, ivre de joie mauvaise chacun rentre en sa masure retrouver son misérable quotidien.

 

Pivoine

Une des dernières sorcières brûlées vives



04/12/2023
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 468 autres membres