Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 18 - 2017 - sujet 1

 

a17-2017-s1b.jpg

Marguerite était catastrophée.

Depuis plusieurs jours, sa vache Rosetta ne voulait plus lui donner de lait. Elle refusait avec entêtement de se laisser traire.

Quand Marguerite approchait le petit tabouret, Rosetta le renversait systématiquement d’un bon coup de patte .

Marguerite avait tout essayé : les encouragements, les caresses, les compliments, elle s’était même fâchée, rien à faire.

 

Butée, tête haute et cul tourné, pattes serrées solidement plantées dans le foin de l’étable, Rosetta  restait inflexible. Elle ne donnerait plus son lait, tant qu’il serait utilisé pour ce fromage dont la fabrication empestait dans toute la ferme : le camembert.

a18-2017-s1.jpg

Mais dans la ferme de Marguerite, on produit du camembert depuis 4 générations. L’été, les touristes , les pieds emballés dans des surchaussures jetables et coiffés de charlottes, visitent sa petite fromagerie et repartent avec ses « produits de la ferme » dans des petits paquets ronds.

Et c’est là le gagne-pain de Marguerite.

Notre fromagère fit venir le vétérinaire. Grand défenseur du bien-être animal, il conseilla à Marguerite de ne pas forcer Rosetta..

Alors Marguerite interrogea tout le monde autour d’elle :

 

  • Comment fais-tu, toi, si ta vache ne veut rien donner ?
  • Pique-lui le derrière avec une fourche,  lui recommanda le Père Augustin, son voisin qui vit seul depuis la mort de sa femme, et qui accueille ceux qui s’approchent trop près de sa ferme avec son fusil pointé.
  • Récite tes prières quotidiennes dans ton étable, lui intima le curé du village
  • Mets un radiateur à côté d’elle, elle doit avoir froid, supposa la femme du boucher.
  • Et si tu lui racontais des histoires ? proposa l’instituteur.
  • Fais-lui de la tisane !
  • Demande au psychologue animalier !

 

Ce fut finalement son chat qui donna à Marguerite la raison de l’entêtement de Rosetta. Lui-même, privé de son lait matinal, avait réussi à recueillir de la vache l’aveu de ses motivations, à coups de longs miaulements affamés.

Dans le village, l’affaire commençait à circuler

 

  • Il parait que Rosetta, la vache de la Marguerite, elle ferait la grève, dis donc !

 

Au comptoir du café , les langues allaient bon train et l’affaire ne tarda pas à venir aux oreilles du correspondant local de « La Voix Rurale ».

 

Flairant le scoop, le journaliste rédigea un article, qui fut repris par ses confrères de Paris, toujours friands des faits divers de la province.

Marguerite et Rosetta se retrouvèrent en couverture des magazines dans les kiosques de la capitale.

Les Parisiens, touristes de l’été prochain, inquiets à l’idée de ne plus pouvoir ramener dans leurs bagages le fromage parfumé, firent remonter l’affaire devant l’Assemblée.

 

Le débat fut engagé entre les pros et les anti-camembert, opposant arguments et critiques , chacun menant campagne avec force.

 

Et ce soir-là, Marguerite lâcha sa cuillère dans sa soupe et manqua s’étrangler lorsqu’elle vit s’étaler sur son écran de télévision la une du journal d’actualités de 20 heures :

 

« Pour ou contre la suppression du camembert ? »

 

Christine



01/11/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 250 autres membres