Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 1 - 2023 - sujet 1

 

 a1s1.jpg

Le coin du burlingue semblait incapable de se désemplir, a deux mois de la retraite, Tonio se demandait si cette image de bureau pleine de dossier reflétait bien sa carrière, depuis qu’il avait commencé il y a bientôt 40 de ça, les coins des bureaux avaient toujours été pleins.
40 piges à coincer des imbéciles, à faire signer des aveux et a se balader avec une plaque et un calibre.


On pourrait espérer que les commissariats se désemplissent, que les gens comprennent que Tonio et ses collègues finissent par coincer leurs clients pas parce que c’est la meilleure équipe, personne dans son équipe peut se considérer comme l’élite mais surtout parce qu’on a jamais vu de prix Nobel dans le trafic de drogue ou dans les milieux criminels de manière générale.


Il suffisait souvent d’une descente ou d’une intervention pour en faire craquer la plupart. Une vingtaine de flics qui débarquent au petit matin comme l’ami Ricoré au petit matin, ça a toujours son petit effet.

 

Tonio ne faisait pas partie de ces flics qui regardaient la vie avec cynisme, même si il avait toujours une pile de dossier sur son bureau, il savait que ça faisait partie du métier, on garde l’ordre en place et on endigue le chaos en permanence. Il y avait de belles réussites dans sa carrière, il avait envoyé 2, 3 procureurs aux anges grâce à son sérieux et à sa rigueur, aucune bavure, aucun dossier bâclé, c’était pas un foudre de guerre, ni le gars le plus athlétique de sa division, mais les avocats l’évitaient comme la peste, ça le faisait sourire jusqu’aux oreilles. Mais bon, il allait falloir mettre un dernier coup de collier avant de raccrocher, il y avait un vrai champion dans la salle d’interrogatoire qui livrait de la coke en bicyclette. L’idée n’était pas stupide, c’était presque discret, par contre, tenter de s’enfuir par une nationale avec un J5 de la gendarmerie au cul dénotait d’une infatigable bêtise. Tonio se grattait laconiquement le menton en pensant a la quantité saisie, les chiffres ne mentaient pas, ce serait une grosse peine ou une dénonciation, le cycliste avait commencé à balbutier que les paquets n’étaient pas à lui. Au vu de la peur qui se lisait dans ses yeux, il allait balancer en peu de temps, ça tombe bien, ce soir il y a pétanque avec les collègues de la gendarmerie.

 

Arthur



31/01/2023
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 473 autres membres