Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 4 - 2019 - 3ème sujet (suite)

coulimier.png

 

3ème sujet – atelier 4 – 2019 – les mots de Montpellier

 

Ma lune de miel avec ma craquette n'a pas duré, mais elle m'a apaisé et du coup, j'ai décidé de partir à Borée, petit village des montagnes Ardéchoises. Question calme et pour se ressourcer, je ne connais pas mieux. Après un petit tour du village, couvert de neige en cette saison, je me suis fait une bonne flambée dans la maison que j'ai louée.

 

En hiver, le village compte quinze habitants qui se connaissent tous. Du coup dès que je mets le nez dehors, il y a toujours quelqu'un pour me saluer. Moi, je veux juste me retrouver seul avec ce nouveau moi auquel j'aspire depuis si longtemps pour être.

 

J'étends mes pieds sur le pouf, je lance l'avé Maria de Caccini chanté par Sumi Jo et je me laisse emporter. Je ne suis plus qu'une âme libérée de toutes entraves. La voix mélodieuse de la Cantatrie m’envoûte et je sombre.

Un bruit me tire de ma léthargie et soudain j'aperçois derrière ma fenêtre une petite lumière qui brille. Lentement, je m'approche. Sous mes yeux éberlués, je distingue une minuscule créature qui me fait signe d'ouvrir ma fenêtre. Curieux, j'ouvre et aussitôt la petite chose entre dans la maison. Je referme vite, car le froid est intense et je vois cette petite bonne femme de 7 ou 8 centimètres qui s'agite pour se réchauffer. Je lui propose de se mettre dans ma poche et elle s'y rend aussitôt.

 

Elle ne pèse rien, ne dit rien et je commence à me demander si je ne suis pas entrain de rêver. A peine me suis-je posé cette question que je la sens qui s'agite dans ma poche. Elle s'est emparée d'une des feuilles qui me servent à rouler mes cigarettes et je la vois la rouler en mégaphone. D'une toute petite voix fluette, elle se met à me parler.

 

  • je ne suis pas un rêve, je suis une elphélidès1, et toi un homme des cavernes.

  • Ce n'est pas très gentil, je te rappelle que je viens de t'accueillir au chaud !

  • Au chaud oui, mais franchement, ce n'est pas très beau chez toi. Et puis, je meurs de faim.

  • Que manges-tu ?

  • Des coulimis2,

  • Des quoi ?

  • Des coulimis, tu sais bien !

  • Non, je ne connais pas ça. Si tu veux, j'ai du pain et du fromage, je peux même te proposer du jambon,

  • Beurk, je ne mange pas d'êtres morts, non, je veux du coulimi.

  • Et où je trouve ça moi ?

  • Ben, sur un coulimier3, pardi !

  • Allez explique-moi,

  • Le coulimier est un arbre qui produit des fruits délicieux qui ressemblent un peu à vos melons, mais sa chair est violette et ses graines oranges. C'est un met délicat destiné aux fées.

  • Mais j'ignore où je peux trouver cela ?

  • C'est facile, tu es grand, tu prends le chemin de la Farogène4, puis tu entres dans la Cibernade5, et enfin, tu paies le passeur. C'est lui qui te conduira au coulimier.

  • Non d'un chien, le chemin de la Farogène c'est où ça ?

  • Oh là, là, tu es vraiment un ignorant, toi ! Le chemin de la farogène part du Tchier de Borée. Les artistes qui l'ont créé ignoraient qu'ils étaient sur un site enchanté. Du coup, ils ont ouvert une porte vers notre monde. Cela n'a pas plu du tout à notre reine et c'est elle qui m'a envoyée voir ce que les hommes sont devenus depuis que les portes du monde magique ont été fermées. si tu démarres en suivant le burles, il te mènera directement sur le chemin, mais fais bien attention, car le burles est coquin et il n'aime pas beaucoup les hommes et tu risques de te perdre dans les méandres du cirnavelle6, cossé7.

  • C'est qui le burles ?

  • Mais quel ignorant ! C'est le vent des montagnes ardéchoises. Tous les habitants du coin le savent. D'où tu sors, toi ?

  • Bon, on va faire simple, tu viens avec moi, comme ça tu me guideras et cela me donnera l'occasion de voir où tu vis.

  • Ouh là, là, ça ne va pas plaire à ma reine !

  • Bon, c'est comme ça ! Sinon, tu peux aussi te débrouiller toute seule.

 

Ma petite visiteuse semble réfléchir et soudain, elle me jette quelque chose à la figure et je vois avec horreur la pièce devenir immense tandis que je deviens de plus en plus petit.

 

Ramené à sa taille, je constate que ma nouvelle amie est vraiment très jolie. Et puis, elle n'a plus besoin de mégaphone pour me parler, car à présent, je l'entends très bien.

 

  • Ecoute-moi bien. Les elphélidès n'apprécient pas trop les hommes, car ils malmènent notre chère Gaïa. Alors quand nous serons chez moi, montre-toi humble, ne coupe pas la parole de celles qui te parleront et ne réponds que si elles te posent une question. As-tu compris ?

  • Je ne suis pas sénile, bien sûr que je comprends. Était-il utile de me rétrécir ainsi.

  • Oui, car ainsi le burles ne te jouera pas de mauvais tour.

 

J'ai l'impression d'être Peter Pan, car à ma grande surprise, je peux voler. La petite fée jette de sa poudre sur mes deux manteaux et aussitôt ils sont réduits à notre taille. Nous les enfilons et nous nous glissons dans la cheminée. Heureusement qu'elle a été ramonée et que le feu s'est éteint. Sinon, je ne sais pas comment nous serions sortis de là.

 

Voler avec elle est une grande première pour moi. Nous survolons le village jusqu'au cirque où se trouve le Tchier. Je la suis de près et soudain, je me sens porté par un vent doux et chaud à la fois. Mon amie m'explique que c'est parce qu'elle m'a transformé en elphélidès, car pour les humains ce vent est glacial.

 

Je découvre avec plaisir le cirque des Boutières et le Mont Mezenc splendide et sauvage à la fois. Je pensais visiter cela les jours prochains, mais je ne boude pas mon plaisir. Puis comme il nous avait emporté, le vent nous libère devant ce qui ressemble à une grotte attachée à la montagne.

 

  • Bonjour, Sélestina ! Qu'apportes-tu là ?

  • Bonjour, Cher Cibèrius, je viens avec un ami que je souhaite présenter à notre reine

  • Est-il attendu ?

  • Non, c'est une surprise.

  • Alors, je ne crois pas que je vais le laisser entrer.

  • S'il-te-plaît, mon ami. Il va m'aider à ramasser des coulimis. Si tu le laisses passer, nous t'en rapporterons.

 

A ces mots l'horrible créature sort une langue verte longue de trente centimètres au moins et se lèche les babines.

 

  • Soit, il peut passer, mais je veux au moins deux coulimis.

  • Promis, il te les apportera.

  • A bientôt la chose...

  • C'est...

 

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase et de donner mon prénom que Sélestina me donne un coup de pied. Aussitôt, elle s'envole et je la suis.

 

  • Pourquoi m'as-tu donné ce coup de pied ?

  • Parce que s'il t'avait entendu, il aurait compris que tu étais un homme et il t'aurait tordu le cou.

  • Et bien, c'est agréable. Je vais devoir me taire longtemps  ?

  • Tout le temps que tu seras ici, sauf si, comme je te l'ai déjà dit, quelqu'un s'adresse à toi.

 

(à suivre...

 

 

 Maridan

 

  1. Elphélidès = petite fée de 5 à 8 centimètres lumineuse la nuit

  2. Coumili = fruit du coumilier

  3. coumilier = arbre fruitier du pays des elphélidès qui produit des sortes de melon à la chair violette et aux pépins oranges

  4. farogène = chemin qui mène au pays des elphélidès

  5. Cibernade = Entrée du pays magique

  6. Cirnavelle = Labyrinthe magique

  7. Cossé = diabolique



12/02/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres