Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 4 - 2020 - sujet 3

a4s3.PNG

Le médecin

 

M. Hubert Dupont habitait avec sa femme Jeanne et son fils Marc une vaste maison dans une petite ville de province où il exerçait la profession de médecin généraliste.

 

M. Dupont n’était pas vraiment satisfait de sa situation. Il aurait aimé devenir un ponte, un chef d’hôpital par exemple, être reconnu par ses pairs et gagner beaucoup d’argent mais faute de grives on mange des merles. Telle une luciole il aurait aimé éclairer ses confrères par ses connaissances.

 

Son cabinet de consultations se trouvait au rez-de-chaussée non loin de la salle à manger ce qui fait qu’il arrivait souvent pour déjeuner, son stéthoscope accroché au cou.

 

Les parents se disputaient la coéducation de leur fils. Autant Hubert était strict et sévère autant Jeanne était souple et bienveillante. 

 

Hubert avait hérité de sa lignée familiale un emblème, un blason (qui représentait entre autres symboles : un lion) qu’il avait fait imprimer sur son papier à lettres. Vous l’aurez compris il était très orgueilleux et aimait paraître.

 

En grandissant, pour imiter son père, Marc devint un mirliton.

 

Pendant ce temps Hubert commença à faire des manigances. Il prescrivait de la codéine, un opiacé, à des jeunes patients en sachant pertinemment qu’ils l’utilisaient en discothèque. En outre, il se faisait payer cher, au black, le dépassement d’honoraires. Le mercredi, la salle d’attente de son cabinet était remplie uniquement d’adolescents. Des adultes trouvèrent bizarre que le docteur ne recevait plus d’adultes ce jour-là.

 

Un jeune après avoir été malade fut questionné par ses parents. Il leur expliqua la situation. Ceux-ci lui interdirent de retourner voir le docteur. La dégringolade du médecin commença ainsi. Un autre ado. fut gravement malade après avoir ingéré de la codéine. Les parents le dénoncèrent à l’Ordre des Médecins, mais il ne fut pas condamné : « ce n’était pas de sa faute si les gamins en prenaient trop » avait-il dit pour sa défense.

 

Comme les langues se délient facilement au café dans les petites villes, on eut tôt fait de révéler les magouilles du praticien qui perdit presque tous ses patients.

 

Iris



03/03/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 251 autres membres