Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 4 - 2022 - sujet 5

a4s5.jpg

 

Un manoir situé à la sortie d’un village français intriguait les curieux qui passaient à côté. Comme n’importe quelle habitation, elle possédait des ouvertures : fenêtres, lucarnes, cheminée, mais aucune porte. Pourtant, elle était habitée : on voyait régulièrement des silhouettes devant les fenêtres, on entendait parfois de la musique et des cris.

 

Le quotidien « le Matin » n’avait évoqué ce fait divers que par quelques lignes dans  le journal prenant pour des fous les curieux qui avaient vu et entendu ces manifestations.

 

Fandor, nouveau rédacteur en chef du quotidien adorant les mystères, sentit le potentiel de ces événements. Il se fit donc une joie de consacrer tout son travail à « l’enquête sur la maison sans porte ». Désormais elle faisait partie de la « une » du journal. Il y décrivait chaque jour dans un article avec force détails tout ce qui se passait : à plusieurs reprises, de petits malins avaient utilisé une échelle pour pénétrer par les fenêtres, mais lorsqu’ils touchaient au but, les volets se refermaient brusquement et plusieurs intrus se retrouvèrent à l’hôpital avec des blessures importantes. Un homme atteignit la lucarne, mais une fois la tête dans l’embrasure, il fut projeté en arrière par un souffle puissant et tomba raide mort au sol.

 

Le manoir se défendait de toutes ses forces. Lorsqu’il était attaqué, il semblait gonfler et se mettait à gronder selon les dires de certains.

 

Fandor transmit également les informations par Internet et sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que les touristes affluèrent de partout. Un dresseur de chevaux sauvages fit même le voyage de Camargue. Il lança une corde et l’accrocha à la cheminée. Il réussit à grimper sur la façade arrière mais à peine eut-il posé la main dessus qu’une vapeur étouffante l’envahît, il dût redescendre immédiatement.

 

Le journaliste fit des recherches auprès des sociétés immobilières de la région et consulta les archives du journal. Il découvrit ainsi que les derniers propriétaires de la maison, la famille du Moulin, avaient été tués pendant leur sommeil et que l’on avait jamais retrouvé les coupables : peut-être des voleurs qui avaient dérobé des objets de valeurs, ou bien une vengeance familiale ? Le mystère restait entier depuis deux ans.

 

Fandor précisa dans son dernier article que peu de temps après la tragédie la porte avait disparu.

 

La mairie craignant pour la vie de ses concitoyens fit installer des écriteaux à l’entrée du village sur lesquels était écrit «  Ne pas s’approcher de la maison sans porte, danger ». Afin d’attirer des touristes et faire connaître la région, elle fit construire des estrades pour observer la maison de loin.

 

Des habitants s’installèrent avec des jumelles, bien entendu le journalisme avait sa place réservée.

 

Des curieux de la France entière se rendirent dans le village. Cela profita à beaucoup de commerçants : le pâtissier s’enrichit en fabriquant des gâteaux de différentes couleurs en forme de petites maisons : les hussettes, un vendeur de souvenirs proposait maintenant des porte-clefs/hussettes en métal et des cartes postales du manoir. Des touristes remplirent le petit hôtel du village ainsi que ceux de la région. Les restaurants étaient complets tous les jours. Tous étaient ravis de cette manne.

 

Fandor contacta plusieurs médiums : tous ressentirent qu’il y avait eu un drame dans le manoir, mais seule la voyante, Madame Irma, précisa que la maison était hantée par des fantômes : les habitants assassinés dans la maison  y revenaient régulièrement.

 

Elle lui conseilla de contacter l’église qui pourrait peut être faire quelque chose pour ces malheureuses âmes qui étaient prisonnières et ne pouvaient pas aller vers la lumière.

 

Quelques mois plus tard, plusieurs prêtres se rendirent près du manoir. Ils tournèrent autour pendant deux heures en l’aspergeant d’eau bénite et en récitant des prières.

 

En fin d’après-midi, on aperçut de petits nuages sortir des fenêtres. Une colombe s’envola dans le ciel en chantant. C’était fini, plus de silhouettes, plus de bruits venant du manoir et la porte d’entrée réapparût. Le mystère était résolu.

 

Iris



07/03/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 376 autres membres