Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 4 - 2023 - Sujet 4

 

Papotages

C’est l’antre d’un vieux collectionneur, sur les étagères poussiéreuses se côtoient divers objets insolites et mystérieux sauvés de l’oubli et de la destruction.

Ils sont chargés d’une Histoire et d’histoires passionnantes dont ils s’entretiennent dans le secret de ce lieu protégé.

Sans titre 2.png

Grimoire : Je suis si vieux que je ne sais pas qui m’a créé ni quand. Je ressens le poids des siècles passés sous mon épaisse couverture de cuir, je suis de plus en plus fragile. Mes coutures craquent, mes feuilles s’effilochent, l’encre s’efface petit à petit.

 

Fiole : Je compatis à votre souci moi qui suit si légère, et pourtant je suis également âgée de plusieurs siècles, mes rides se voient, et j’ai aussi quelques cicatrices, de transparente à ma naissance me voilà toute grise maintenant.

 

Grimoire : J’ai tellement voyagé, vu de nombreux pays. Je suis passé de mains en mains, certaines douces et précautionneuses, d’autres plus rugueuses et agressives. On m’a aimé, détesté, caché pour échapper à l’autodafé.

 

Fiole : Ne croyez pas que vous ayez été le seul dans ce cas, il en a été de même pour moi alors que j’ai servi à créer de nombreuses potions guérisseuses. Mais pour certains ignares, c’était de la sorcellerie et il fallait m’éliminer. Heureusement qu’il se trouve toujours de bonnes âmes pour nous sauver. Mais vous, pourquoi donc voulait-on vous détruire ?

 

Grimoire : L’ignorance, Chère Amie, l’ignorance et l’intolérance en sont les causes. Pour certains je suis le livre de la vie, mais pour d’autres le livre du mal. Comme vous je faisais le bien, et pour d’autres j’étais diablerie.

 

A l’étage en dessous, Lampe à huile et Pendule divinatoire écoutaient attentivement et se trouvaient quelque peu délaissés par ces deux personnages se prenant pour les uniques bienfaiteurs de l’humanité depuis la nuit des temps.

 

En chuchotant, ils se mirent d’accord pour intervenir dans la discussion et faire valoir leurs mérites afin d’équilibrer un peu les éloges de ces deux protagonistes en ressortant certaines erreurs commises qui ternissent leur auréole.

Sans titre 2b.png

Lampe et Pendule : hé, vous deux là-haut vous nous semblez bien pompeux et oublieux de nous, petits objets certes mais qui avons aussi notre utilité.

Grimoire : Je ne suis pas prétentieux, mais si vous êtes tous deux charmants, il n’en n’est pas moins vrai que votre usage est plutôt de l’ordre de la futilité.

Fiole : C’est exact, reconnaissez que nous, nous avons apporté à l’humanité la connaissance et la santé. Vous, vous êtes l’illusion, le mirage.

Lampe : Futiles, mirages. ? Nous serions mon ami Pendule et moi donc rien d’autre que superficiels ? Savez-vous le nombre de gens qui ont caressé mon ventre et fait un vœu qui parfois se réalisait ? Je leur ai apporté un peu de joie dans leur vie.

Pendule : Pareillement, j’ai ramené l’espoir à celui qui avait perdu un objet ou un être cher. L’espoir, ce sentiment qui permettait de ne pas sombrer dans la désespérance.

Lampe : Dis-moi, Grimoire,  n’y a-t-il pas sous cette lourde couverture quelques pages qui ne seraient pas aussi belles que tu le prétends et qui inciteraient à la violence, ce qui justifierait que certains voulaient te jeter au feu ?

Grimoire : (un peu gêné aux entournures....) certes, il est possible qu’il y ait certains passages qui ne soient pas très élégants,  mais ils sont peu nombreux, et les beaux textes compensent largement ce défaut.

Pendule : Et vous Fiole, n’avez-vous pas servi à l’élaboration de poisons mortels ?

Fiole : Hélas, et j’en suis fort triste. Je suis parfois tombée en de très mauvaises mains qui ont profité de moi qui ne pouvais guère me défendre. Mais tout comme mon ami Grimoire, les bonnes actions ont été nettement supérieures aux mauvaises.

Sans titre 3.png

Mais voilà que Miroir, posé négligemment dans un coin, lassé de tout ce verbiage  interpelle tout ce beau monde et se met à crier haut et fort :

    

  • C’est moi qui suit le plus utile, toute personne qui passe devant moi peut se mirer dans mon reflet, je ne fais ni le bien ni le mal, je ne suis pas illusion mais réalité. C’est donc moi qui suis le plus important ici.

Dans une belle cacophonie nos quatre deviseurs invectivent vertement ce malotru qui se permet de mettre fin à une conversation, certes animée, mais de bonne tenue et dans le respect de chacun.

  • Mais quel grossier personnage, quel prétentieux, narcissique, .....

 

C’est un tel brouhaha dans cette pièce que plus personne ne s’entend, quand d’un coup Grimoire, par un énorme effort, se secoue et d’une voix forte crie à tous de cesser ces hurlements.

 

Grimoire : Nous avons tous été réunis ici par une belle âme charitable, qui nous a nous sauvés pour que nous puissions vivre encore longtemps. Alors cessons ces disputes futiles, nous avons tous à notre niveau notre utilité que ce soit pour le savoir ou le plaisir.

 

Dans un bel ensemble tous acquiescent et  poursuivent à tour de rôle le récit de leur vie palpitante, leurs nombreux voyages et belles rencontres. Ils sont heureux de finir leur vie dans cet endroit protégé des malfaisants.

 

Pivoine



11/05/2023
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 456 autres membres