Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 5 - 2022 - sujet 1

 

         Tous les mercredis à Sérignan.

 

Maridan était une délicate et attentionnée marchande de mots. Elle installait le mercredi jour de marché à Sérignan son étal rudimentaire et coloré, plusieurs bocaux opaques un foulard, et des crayons constituait les seuls objets présents sur ses tréteaux. Très rapidement un petit attroupement se formait autour de son échoppe ambulante, elle haranguait de manière constante les passants avec le même discours : « n’ayez pas peur partez à la découverte de vos talents ! »

Elle aimait beaucoup s’adresser aux enfants présents, le jeu consistait à bander les yeux des petits, ils plongeaient alors leur main dans un bocal et tiraient un mot au hasard ce jour Laly avait extirpé le mot allumettes, Maridan après avoir ajusté ses lunettes   avait raconté la petite marchande avec des bâtons de souffre. Parfois des groupes de mots s’échappaient d’un bocal s’il y avait de la tramontane, on voyait alors la marchande siffler dans ses doigts et rappeler les phrases, en une fraction de seconde elle les avait fait regagner le fond du bocal. Ce jour-là je suis témoin ils comprirent vite quelle était d’une humeur massacrante et qu’il valait mieux filer doux.

Apres le déjeuner au café resto des mots passants, elle organisait son atelier, la salle du fond servait de lieu aux écrivaillions de Sérignan et d’ailleurs. Les prépositions d’écriture qu’elle élaborait  pouvait consister en un forfait mot que l’on devait payer à coup de billets d’amour mais certains (nes) participant(tes) n’en étaient pas capables, elle avait repéré des individus qui écrivaient plus douloureusement s’identifiant à leurs héros malheureux. D’autres enfin avaient de l’humour, c’était ceux qui dissimulaient le mieux leurs mal être c’était pour elle une certitude.  

IMG_20220403_232913.jpg

Maridan avait recherché, étudié les bienfaits de ses propositions avant de se lancer dans l’atelier d’écriture de Sérignan et elle n’était pas peu fière de savoir qu’elle contribuait de manière pratique à la bonne santé de la cavité digitale des participants cet espace qui pénètre dans le lobe postérieur du cerveau.

Cependant elle se disait souvent que cela n’était pas le plus important. Ce que apprentis écrivains appréciaient le plus c’était la manière empressée, le zèle et le dévouement, la robustesse qu’elle mettait à consolider, entretenir, colmater, fortifier, dynamiser ses ateliers qui parfois pouvaient faire penser à des chantiers en construction pour individus en devenir.

Avant de partir tout ce petit monde trinquait avec un verre de Picpoul de Pinet tchin, tchin à la santé de Maridan.

 

Ivoleine



03/04/2022
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 376 autres membres