Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 6 - 2020 - 2ème sujet

 

Le chêne

 a6.jpg

Il était une fois un petit garçon prénommé Grégoire qui aimait les écureuils. Il passait des heures à les observer dans les arbres. Les petits mammifères sautaient de branche en branche avec grâce et vivacité.

À l’âge de 14 ans, il décida lui aussi de grimper aux arbres. Il choisit un chêne majestueux sous lequel il avait l’habitude de lire et de dessiner.

 

Après avoir atteint les premières branches, il entendit une voix tonitruante :

  • Comment oses-tu monter sur mon dos sans me demander la permission ?

 

Le garçon tout d’abord étonné puis effrayé répondit après quelques instants :

 

  • Qui êtes-vous ?
  • Je suis le maître de l’arbre.

 

Grégory descendit de l’arbre sans tarder.

 

Le garçon revint un autre jour en faisant tout d’abord sa demande au chêne. Là encore la voix puissante de l’arbre retentit.

 

  • Comment te permets-tu de te présenter devant moi sans présent ?
  • Je ne savais pas.
  • Tu es fort ignorant mon garçon !
  • Que puis-je vous apporter ?
  • Ce que tu voudras.

 

Grégoire resta longtemps sans rendre visite à l’arbre. Leur conversation l’avait laissé perplexe. Est-ce que tous les arbres parlaient ? Pourrait-il un jour faire du chêne un ami ? Que pouvait-on apporter comme cadeau à un arbre ?

Une idée jaillit : offrir des fleurs, tout le monde les aimait.

Il alla cueillir des marguerites qu’il entoura de feuilles d’un vert clair pour créer un charmant bouquet qu’il déposa dans un creux du chêne.

 

  • Tu progresses mais y’a encore du travail à faire ! As-tu demandé aux marguerites leurs autorisations avant de les cueillir ?
  • Non, Monsieur le Chêne, dit Grégoire ébahi.
  • Chaque être végétal est vivant et doit être respecté. J’aurais préféré que tu m’offres un de tes dessins ou encore mieux que tu en réalises un spécialement pour moi, dit-il en redressant ses branches. Puis il se radoucit et lui dit simplement merci.

 

Depuis cette rencontre, Grégoire monte souvent dans l’arbre qu’il a surnommé « Grand-Père Chêne ». Il peut contempler à loisir le paysage et observer les écureuils de plus près. Il possède maintenant un nouvel ami auquel il peut se confier.

 

 

Iris



01/04/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 226 autres membres