Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 7 - 2020 - Sujet 6

a7 s6b.png

 

Depuis le matin, la lettre est posée sur la table de la cuisine. Josiane ne l’a pas encore ouverte. Ce n’est pas nécessaire, elle sait d’avance ce qu’elle contient.

 

Josiane a compris toute seule, depuis plusieurs jours, ce que son mari n’arrive pas lui dire. 

 

Quand il rentre le soir, le dos voûté, le regard fuyant et qu’il s’affale sur le canapé du salon, elle ne le questionne plus. Elle connait l’issue. Elle s’y résignée, la peur au ventre. Que vont-ils devenir ?

 

Au début, comme les autres femmes, elle l’a soutenu, son Georges.

 

Elle a voulu être forte, courageuse pour lui. Elle a continué de sourire, elle n’a rien dit chaque fois qu’il s’est injustement emporté contre les enfants ; elle les a consolés, Elle ne s’est pas plainte quand ils ont annulé les vacances au camping de l’été prochain, pas assez d’argent pour payer la réservation, le crédit de la maison coûte déjà bien cher.

 

Les jours de grève ont fait un gros trou dans leurs économies, malgré l’aide, insuffisante, du fonds de solidarité de l’entreprise. Mais il fallait bien se battre quand même ! On n’allait pas l’accepter sans rien dire, cette délocalisation de l’entreprise à l’étranger !

 

Sans lui dire, elle a limité le budget de la famille. Ils ne mangeront plus de viande qu’une fois par semaine, Elle a recousu comme elle a pu l’accroc dans le manteau de leur plus jeune fils qui s’est battu à l’école. Quant à la fille aînée, Josiane ne sait pas encore comment lui annoncer que les frais d’inscription à l’école d’infirmières coûtent trop cher.

 

Josiane a appris comment réparer un collant filé avec une touche de vernis à ongles, elle découpe les bons de réductions dans les journaux. Elle a changé de coiffure ; les cheveux mi-longs, c’est joli aussi, même si, depuis les événements à l’usine, Georges ne la regarde plus beaucoup.

 

Elle a peint des slogans et des revendications sur les vieux draps de sa grand-mère, Elle a battu le pavé sous le crachin glacial, pour faire nombre avec les autres femmes dans les manifestations.

 

Ça n’a pas suffi. L’entreprise fermera ses portes à la fin du mois, elle réouvrira en Pologne. Josiane ne sait même pas où ça se trouve, la Pologne, sur une carte du monde.

 

Josiane est dans sa cuisine et devant sa gazinière, elle sait qu’en décachetant cette lettre de licenciement, c’est la misère qui sortira de l’enveloppe et entrera dans sa maison. Pour longtemps. Elle l’entend déjà à travers le papier :

 

« Tu vas devoir te serrer la ceinture, ma vieille, parce que ton Georges, il est bien trop vieux pour retrouver du travail… 58 ans, tu penses ! »

« Il va falloir le dire aux enfants. »

« Il faudra prendre un rendez-vous à la banque »

« L’accompagner à Pôle Emploi ou pas ? »

« Mettre une annonce à la boulangerie pour quelques heures de ménage ? »

« Et comment va-t-il réagir, son homme ? Le docteur Morel semblait un peu inquiet à la dernière visite. »

 

Perdue dans toutes ses pensées, Josiane se retourne pour égoutter les pâtes dans l’évier. Georges est là. Elle ne l’a pas entendu rentrer, Depuis les événements, il ne claironne plus « Je suis là ! » sur un ton joyeux dès la porte d’entrée.

 

Son homme est là, debout près de la table de la cuisine ; Les bras ballants, la joue humide. Il a vu la lettre. Il ne l’a pas ouverte. Ce n’est pas nécessaire. 

 

Christine



13/11/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 250 autres membres