Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 8 - 2023 - Sujet 3

 

La maison des vacances familiales.

 a8s3.png

Que s’est-il passé ce matin ?

Comme chaque jour, depuis le début de la semaine, j’ouvre grand les volets de mes fenêtres, malgré la chaleur caniculaire, car je suis heureuse.

Du matin au soir, j’entends courir sur le carrelage des petits pieds enfantins. Certains même se croient sur les pistes de ski.

J’entends les murmures des petits qui s’amplifient au fur et à mesure que la journée avance.

Bientôt les cris viennent de la piscine. Cris de joies, cris de bagarres d’eau; mes amis, quel remue ménage !

Mes consœurs voisines, par jalousie, me critiquent; pourquoi ouvres-tu tes fenêtres avec cette chaleur ? Elles ne logent que des vieux, et ne connaissent pas l’enthousiasme de ces minots; rien ne les arrête et la chaleur ne semble pas avoir d’emprise sur eux.

Seul le coucher tardif du soleil  montre l’heure du sommeil après quelques pages de lectures apaisantes.

Mais ce matin, rien de tout cela. Que s’est il passé pendant mon sommeil ? Plus de murmures matinaux, plus de cris fusant du bassin ; plus de portes qui claquent. J’ouvre un volet pour découvrir la voiture partie, bien sûr électrique, je n’ai pas pu l’entendre.

Fini les galopades pieds nus effrénées, les jeux dans le jardin, les plongeons, les cris des victoires au pingpong.

Je referme mes volets sans attendre le chant des cigales, pour cacher mes larmes, qui roulent doucement sur mes murs de pierres grises. La vie semble partie de mon antre. Seul le tic tac de la pendule du salon rythme  le temps dans mes pièces vides d’âmes. Je m’assoupis comme mes voisines pour de longues, longues, journées calmes et  sans vie.

 

Dorémi.

 

 

 



22/05/2023
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 422 autres membres