Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 8 – 2023 - Sujet 4 : lipogramme sans E

 

a8s4.jpg

 

 

 

Imaginons-nous un court barbon dur et amaigri, mis d’un pantalon en mohair noir collant autour de son giron par un gros cordon.

Sur son front, la kippa au coton gris brun laissait voir aux abords du caillou maints longs crins ou tifs blanchissants, s’appliquant ainsi, garnissant son front.

Un grand tissu cachait son corps comme dans un drap, dissimulait tout sauf un portrait aplati, blafard.

Sans l’abattis droit amaigri, qui imitait un bâton sur quoi on aurait mis un tissu brandi haut pour voir l’inconnu sous un lampion, son portrait aurait paru volant dans l’air.

Un bouc gris donnait l’illusion d’un portrait juif, parfait duplicata aux croquis du Roi David.

La vision du barbon au froid glacial, quasi sans cils ni sourcils, figurait Portrait d’un Juif par Luigi ASIOLI au Grand Palais.

 a8s4b.jpg

 photo © RMN-Grand Palais - mahJ / Hervé Lewandowski

 

Quasi-inquisition, son flair accusait un savoir profond, surhumain.

Nul pouvait trahir l’individu qui savait voir au fond des ciboulots les plus abscons.

Sang-froid d’un grand manitou qui voit tout, ou attraction d’un roi qui a tout vu.

 

(Extrait du Père Goriot d’Honoré de BALZAC, traduit en lipogramme sans E par JeanBat)

(23 août 2023)



05/09/2023
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 465 autres membres