Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 9 - Maridan eklablog

DSC03626.JPG

La statue d’albâtre est là, posée à l’entrée du jardin. Son visage immaculé est illuminé par l’espérance d’une autre vie. Elle porte une longue robe blanche dont le drapé gracieux dessine les contours harmonieux de son corps.

 

Lorsque l’on entre enfin dans la maison, la première chose que l’on voit c’est la magnifique bibliothèque chargée de livres anciens.

 

La femme qui vit là déteste cette maison. Elle s’y sent prisonnière. Elle rêve de partir à l’aventure et de tout abandonner derrière elle. Elle prend la seule chose qui ui sera utile, le vieux baromètre de son père.

 

Soudain, le chat fait son apparition et vient se frotter contre ses jambes. Elle le prend, le caresse et finalement le repose. Non, elle ne veut rien emporter de cette maison, pas même cet adorable minet. Le hurlement désespéré de cette pauvre bête lui fend le cœur.

 

Elle se rappelle une scène du passé où tout petit chaton, il avait joué le justicier pour se mettre entre elle et son père qui allait la battre une fois de plus. Finalement, ce sera le baromètre et le chat. Elle sort de la maison en claquant la porte. Au passage, elle caresse le visage de la statue.

 

-       Tu vois, moi, je m’évade.

 

Maridan 5 mai 2018

 

 



13/05/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres