Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier du 4/11/2014

Consigne 1 : insérer des mots et phrases dans une histoire

 

—     Que voulez-vous ?

Grant hésita. Il se trouvait au point de non-retour.

—     J’ai besoin que vous exécutiez quelqu’un.

S’il fut surpris, l’inconnu n’en laissa rien paraitre.

—     Qui ? demanda-t-il seulement.

—     Une personne très difficile à atteindre, très intelligente et machiavélique.

Un sourire fugace traversa le visage de l’inconnu.

—     Vous avez une haute estime pour ses capacités apparemment. Mais pas d’inquiétude, je connais mon job, et je suis le meilleur, homme ou femme, quel que soit le sexe, je m’en occupe. C’est pour cela que l’on fait appel à moi.

Grant sentit son imagination dériver. L’homme assis devant lui se transformait en justicier masqué avec flèches et carquois, bref tout le harnachement. Secouant la tête pour chasser cette image grotesque, Grant reprit la parole.

—     Il s’appelle Steeve Hofman et c’est mon patron.

—      Ça vous coûtera 15.000 $.

Pendant quelques secondes, il s’imagine revenir en arrière. Arrêter, tout stopper ! Mais il s’entendit répondre.

—     Très bien, vous aurez le règlement demain.

 

Consigne 2 : effectuer un logorallye

 

L’invisible mythe des âmes mortelles

N’entend jamais ce terrible appel

Par-delà l’aurore éclaire d’un sourire

L’impossible esquif qui se prétend navire

À l’heure de la nuit se crée l’espoir

Illuminant le ciel d’un bleu miroir

À chaque ton nacré se répand le café

Brûlant le gosier d’un feu hanté

Les mots nous entraînent dans l’aventure

Mais l’heure est venue de la fermeture

Car à cet instant, placer harnachement

Me semble au bas mot juste hallucinant !

 

Consigne 3 : ronde de mots, logorallye

le-port-a-cath_1139724-L.jpg

À quel moment est-ce arrivé ? se répétait-il en boucle depuis son réveil. Il l’avait découvert juste avant sa douche. Là, au milieu de son torse, sur au moins 30 centimètres de long et 15 de large, une étrange tache violacée. Sa soirée de la veille lui revenait par bribes décousues. De la vodka, beaucoup de vodka, cette blonde aguicheuse… Il se secoua cherchant désespérément à rassembler les bouts de papiers déchirés de sa mémoire. Mais rien à faire, le trou noir ! Son esprit ressemblait à une autoroute sans péage, sans aucune aire de repos, pas de douane pour l’aider à s’arrêter, se concentrer. Putain de bordel, jura-t-il, en avalant un café noir. Des soirées comme ça, plus jamais. Un simili de liberté trop cher payé… Les rouages de sa vie lui semblaient grippés malgré ses 30 ans, une sensation de petit chien apeuré lui vrillait les temps. Troisième café. Tant pis pour les blancs, allez on s’y met pour ne pas avoir l’air d’un écrivain raté.

 

Consigne 4 : l’incipit

Depuis la réception du courriel de Fanny, qui m’apprend que nous portons le même patronyme, je me demande si nous sommes parents.

—     Une cousine peut-être ? La fille de la sœur de ma mère, mais si, celle qui est partie en Argentine !

Mon mari ne me répond pas. Usé sans doute par cette conversation qui tourne en boucle depuis une semaine. J’ai imaginé tous les scénarios, même les plus improbables. Tous les soirs, j’abreuve mon pauvre homme de logorrhée familiale. Au début, il m’a suivie, curieux également de rencontrer enfin un membre de la famille. Il faut dire que ce n’est pas une habitude. Nous voyons ma mère moins d’une fois par an, quant à mon père, et bien aux dernières nouvelles, il était à nouveau en prison. Alors, pour moi, la famille… j’avais appris à m’en passer. Instinct de survie !

Mais là, cette Fanny, ce courriel avait pénétré dans ma vie ouvrant un trou béant. L’infini des possibles soufflait sur moi menaçant de m’emporter.

—pourquoi ne lui écris-tu pas ? Au moins, tu seras fixé.

Si simple et pourtant.

Mes larmes coulent. Elle me ressemble tellement.

—     Bonjour Fanny.

—     Bonjour, je suis heureuse de te rencontrer.

Une inspiration. On a les mêmes yeux. Ceux de papa.

 

Consigne 5 : une ville, un lieu que l’on aime

 

 

Instant d’éternité

À vol d’oiseau, l’immensité

Paysages aux mille couleurs

Fragrances ensorcelées

Australie, tu m’as envoûtée

Berceau de l’humanité

Vue imprenable sur la Voie lactée

Le jour brasier et la nuit fantasmée

Australie, tu m’as englobé

Étrange et mystérieuse

Fascinante  et dangereuse

Australie, terre sacrée

Vol le monde

Tu y es née…

 

 Alex 4/11/2014



17/11/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres