Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier N°6 - 2020 - sujet 1

Révolte

 

Aujourd’hui, je me révolte et je m’interroge.

 

Tant d’inégalités et d’injustices de par le monde.

a6s1.jpg

Photographie de Lee Jeffries découvrez son travail : ICI

Des personnes qui croulent sous l’opulence, alors que d’autres n’ont même pas de quoi se nourrir.

a6s1b.jpg

Pourquoi un enfant n’aurait-il pas les mêmes chances pour démarrer dans la vie que son petit voisin ?

 

Une simple différence de couleur, d’ethnie ou de religion ne peut pas faire toute la différence...

 

Comment faire pour naître sous une bonne étoile ?

 

Qu’est-ce qui explique qu’un homme, pour une raison x ou y, peut prendre les armes et tirer sur son semblable ?

 

Quelle haine peut s’emparer des uns pour réduire à néant la vie d’autres ?

 

Pourquoi tant d’autodestructions et de mal-être dans nos sociétés où chacun ne devrait-il pas trouver sa place ?

 

Pour quels motifs continue-t-on encore et encore à détruire notre environnement ? A ne plus respecter notre source de Vie, Mère Nature, qui pourtant, nous nourrit et nous protège ?

 

Autant de questions restées sans réponse !

 

Tant d’inconscience et de méconnaissance dans un monde axé avant tout sur la « productivité à tout prix » qui ne rechigne devant aucun gaspillage.

 

Aujourd’hui, je me révolte et je m’interroge.

 

Ma propre impuissance à changer quoi que ce soit : évènements dans le monde et vécu personnel...me révolte encore davantage !

 

Difficulté à calmer ma colère, à faire taire mon besoin d’importance, à retrouver confiance en moi et en la Vie.

 

Impossibilité de modifier le cours des choses et de remettre un peu d’harmonie au sein de mon couple ou de ma famille.

 

De rétablir la communication avec mes propres frères et sœurs qui, visiblement, n’en veulent pas...

 

Incapacité à retrouver la paix et la sérénité en moi dans cette agitation incessante, encore accentuée en cette période de pandémie.

 

Mais faut-il en rester là ? N’y a-t ’il rien d’autre à faire que de baisser les bras, ou de fermer les yeux ? N’y a-t ‘il aucun espoir dans un futur proche ou lointain ?

 

Aucune petite lumière ne pointe-t ’elle le bout de son nez durant ces nuits d’automne de plus en plus longues, froides, sombres et humides ?

 

Aujourd’hui, je me révolte et je m’interroge.

 

La révolte et la colère sont bien là et j’en prends petit à petit conscience, c’est le premier pas. Réaction saine et « normale », me direz-vous, mais qui ne peut s’arrêter à cet endroit du chemin.

 

Le deuxième pas ne serait-ce pas de faire une place pour ces émotions bien réelles et de tenter de faire la paix avec moi-même ? Je peux imaginer un troisième pas. A savoir, aller vers les autres, ceux qui sont proches d’abord, pour ouvrir son cœur ensuite aux plus lointains. Nous faisons tous partie du grand Tout.

 

Si je ne peux changer les autres ou le monde, je peux peut-être me changer moi-même, dans ma façon d’être et dans ma manière de voir les choses.

 

Entrevoir une lumière quelque part dans la nuit obscure ou entendre le doux murmure d’un ruisseau, me permettra de transformer mes perceptions, de voir l'autre face du monde et de rendre moins « criantes » les injustices et les inégalités de la terre.

 

Le rayonnement de cette paix retrouvée ne pourra que mettre du baume sur ma souffrance, et celle d’autrui.

 

Apaiser mon cœur, c’est aussi transformer ma révolte en une force intérieure qui me pousse en avant sur les chemins parfois tortueux de la Vie.

 

Aujourd’hui, je me révolte et je m’interroge.

 

Avec tendresse,

 

Emeraude Francophonie, novembre 2020

 



23/11/2020
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 325 autres membres