Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Ateliers 11 et 12 - les rondes de mots

 

Pensive, devant mon bol de céréales, les yeux perdus au fond de la vallée, je me demande encore si j’avais hésité un seul instant.

 

Après l’euphorie de reprendre ce refuge, dans la famille depuis plusieurs  générations,  j’entrepris  les démarches pour ce faire. 

 

La négociation ne fût pas une simple formalité, car les  difficultés administratives m’attendaient. dont, celle d’indemniser mon frère, qui, plein de présomptions, voulait sa part du gâteau. Nous étions en totale opposition.

 

Mais je ne me faisais pas d’illusionsLa suite des évènements me  prouva que j’avais raison.

 

N’ayant aucun goût pour les métiers de service, il avait déménagé et n’avait pas, lui, succombé au chant des sirènes, craignant de ne jamais pouvoir combiner vie familiale et professionnelle dans ce site paradisiaque.

 

L’air pur de la montagne me conforta encore dans la justesse de ma décision. Mon frère, quant à lui, n’a pas eu besoin de séances d’hypnose pour  faire la part des choses et admettre mon choix. Il était  désormais kinésithérapeute.

 

Grâce à ses capacités en informatique,  et à internet nous sommes souvent en contact, et lui a enfin trouvé un juste équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle.

 

Autour d’un bon plat local, lorsqu’il nous rend visite avec son épouse et leur enfant, ensemble il nous arrive de reparler de cette aventure qui a failli nous brouiller à tout jamais.

 

Mais je suis une grande sœur attentionnée qui n’a jamais voulu de mal à personne, et surtout pas à lui !

a11 et a12.jpg
 

Et nous vivons si heureux aujourd’hui, même si nos vieux parents nous ont quittés  avec  le cœur léger puisque tout était arrangé entre leurs deux enfants.

 

Shunt. 2024.07.03



10/07/2024
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 472 autres membres