Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Ecrire une histoire d'après un livre que j'ai lu par Lynda

 Lynda.jpg

Cette histoire raconte la vie d'un homme dans l'inde du 5ème siècle. Ce jeune prince nommé Siddartha est fort de son enseignement bouddhiste reçu des brahmanes. Mais cela ne lui suffit plus. Il est à la recherche de l'esprit qui règne dans l'humanité. Pour se faire il doit d'abord méditer sur sa propre vie. Un soir, il annonce à son père sa décision murement réfléchie. Celle de partir sur les traces de son vaste pays, dans le dénouement le plus total, se nourrissant de la bonté des gens.

Il ne dort pas cette nuit-là. Demain,  plus rien ne lui appartiendra sauf son corps et son esprit. Il se consacrera à ses pensées profondes. Il se complaira dans la solitude et la méditation. Il entame son voyage seul, et tel un sage, prodigue de précieux conseils aux personnes qui viennent le rencontrer. Par son allure, il attire du monde autour de lui. Il dégage une telle aura que les gens lui offrent présents et victuailles. Il n'accepte qu'un minimum de nourriture et de l'eau. 

 

Pourtant les mois passant, il ne trouve toujours pas la vérité. C'est ainsi qu'il décide de mettre fin à sa vie parmi les hommes qui ne lui permettent pas d'entreprendre sa quête. Il cherche et trouve un magnifique arbre dans les bois. Les mois et les années défilent. Malgré la charité d'une jeune fille habitant les abords de la forêt, il fait l'expérience de la faim, sans s'alimenter, du froid, sans se réchauffer, de la chaleur, sans étancher sa soif. Ses expériences face à la survie le rendent méconnaissable. Ses habits sont en lambeaux et  on voit ses cotes. Il n'est pas loin de sa quête mais persiste dans sa recherche. Seul lui importe ce pouvoir de l'esprit sur le corps, et du corps sur l'esprit. Il a réussi à communier avec la nature de telle sorte qu'il ne fait plus qu'un avec elle. 

Il n'a plus de précepte, juste une idéologie mystique, celle de la voie de la libération suprême.

 

Il a vécu ainsi toute sa vie dans ce détachement de tous les biens. A la fin de sa vie, Siddartha avait trouvé les trois éléments essentiels de la vérité : le souvenir de ses vies antérieures, la destruction de tout désir en lui, et la connaissance du mystère de la mort et de la renaissance. Il mourut empoisonné par des champignons.

 

Lynda 25/09/2013



27/09/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres