Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

L'atelier du 19/05/2015

1°) Innocente, car elle bosse !

Carabosse.png

Mesdames et messieurs les jurés, examinons les fées rien que les fées.

Toutes celles du royaume sont invitées au baptême d'Aurore, sauf la prévenue, car elle bosse soi-disant ! C'est ce que vous ont révélé les deux témoins, parents d'Aurore.

Cependant, ils ont oublié de vous dire  que ces deux rentiers arrivistes ne l'aiment pas. Justement parce qu'elle a un emploi du temps chargé.

Ils prétendent également que la prévenue est méchante, capable de faire du mal.

Méchante ? Allons donc.

Stressée tout au plus par son travail de fée. Toujours à courir d'un vœu à exaucer à un autre. Le métier de fée a ses exigences.

-    L'exactitude : il faut être là au bon moment

-    L'écoute : il est nécessaire de bien entendre les desiderata des pauvres mortels

-    La justice : il est impératif de savoir trier le bon grain de l'ivraie.

 

 

Et c'est la justice que je vous propose de rendre aujourd'hui. Vous allez me rétorquer « et le poison sur l'épine ? ». Le stress, mesdames et messieurs les jurés, le stress.

L'activité fébrile de Mme Carabosse l'a conduite à intervertir par erreur deux fioles magiques.

Oui, la belle Aurore s'est endormie, mais c'est l'excès de travail qui en est responsable.

Vous ne pouvez condamner madame, sur un simple jugement de valeur de la part de témoins condamnables eux pour leur manque de vigilance sur la personne d'Aurore.

Avec un peu plus d'attention, ils ne seraient pas là à attendre le prince charmant.

Mesdames et messieurs les jurés, aujourd'hui soyez ce prince qui rendra la liberté à Mme Carabosse victime de son travail.

 

bernard.jpg

 

3°) Disparition

 

 

Coursive.jpg

- Monsieur Bobillier

- Oui

- Le commandant désire vous voir

- Ah ? Savez-vous pourquoi ?

- Non. Si vous voulez me suivre, je vous conduis.

 

Après maints coursives et escaliers, ils arrivent sur la passerelle de commandement.

 

- Merci Tony, dit le commandant

- Monsieur Bobillier, c'est en tant qu'ami de Cesare Forni que je vous ai invité à venir. Merci d'être là.

- J'irais droit au but. Avez-vous vu votre ami ces dernières heures ?

- Non, pas depuis l'escale de Palma de Majorque, je suis même allé jusqu'à penser qu'il me jouait les arlésiennes.

- Eh bien, cher monsieur, votre ami Forni a disparu.

- Comment ça disparu ? Voulez-vous dire qu'il est tombé à la mer ?

- Pas du tout. Nous avons visionné toutes les vidéos de surveillance. La dernière fois qu'il paraît, il empruntait l'escalier et la coursive qui montent au solarium.



20/05/2015
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres