Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

LOGO RALLYE PHRASES du 29/07/2013

 2ede3834.gif

« Quels seraient tes 3 désirs » dit la fée.

-Alors là, dit Vinciane, j’ai répondu que je voudrais rencontrer l’homme de ma vie. Je voudrais qu’il soit beau et je voudrais aussi qu’il m’aime comme un fou !

-Ma pauvre chérie, tu rêves ! Les princes charmants, ça n’existe pas ! Crois-tu que ta fée va pouvoir exaucer  des souhaits aussi stupides ! Je ne sais pas moi, demande par exemple qu’il fasse toujours beau et chaud, ou bien que tout le monde soit heureux !

-Arrête Soleyne, arrête donc ! Si tu veux, tu peux y aller aussi voir la fée. Mais je ne suis pas sûre que tu la trouves, elle est débordée en ce moment. Et puis, c’est toi qui es stupide. N’est-ce pas légitime d’avoir envie de trouver l’amour ? Tout le monde y a droit ! Vivre seule, sans personne pour qui exister, crois-tu que le beau temps pourrait y changer quelque chose ? En fait, le monde a besoin d’amour, un tel besoin ! C’est pour cela qu’il y a tant de bêtises de faites, les gens veulent qu’on s’intéresse à eux. Alors, ils font n’importe quoi pour attirer l’attention sur eux.

C’est comme Chatounet, depuis qu’on a recueilli le petit chien, il a peur qu’on ne l’aime plus et du coup, il fait sottises sur sottises, pour qu’on ne s’occupe que de lui. Il en a d’ailleurs après toutes les bêtes de la maison. Ce matin, je l’ai surpris en train de manger la réserve de salade que j’avais mise de côté pour Zigoto et Biscotto, les deux tortues qui sont très voraces.

Oh oh, Soleyne, tu rêves ? Je te parle, tu ne m’écoutes plus ? Je sais, tu te demandes « et maintenant que vais-je faire ? » Eh bien, essaye d’aller trouver la fée, tu verras bien. Alors, ce vœu ? Ne me dis pas que tu n’as envie de rien !

-Si, mais attends, je reviens, ma boucle d’oreille a perdu son attache, je vais voir si je la retrouve dans ma chambre.

Vinciane sourit, sa sœur a toujours été très coquette et soucieuse de son apparence. Elles s’adorent et sont inséparables, même si elles passent leur temps à se contredire. Elle se souvient lorsqu’elles étaient enfants, les soirs d’été au camping, elles ne voulaient jamais aller dormir .Sous la véranda, la lampe brillait d’une lumière bleuâtre et les ombres projetées leur faisaient peur. Alors, pour se rassurer, elles se serraient l’une contre l’autre, en se racontant des contes de fée. Elles fermaient les yeux, je navigue sur les ailes d’un ange, disait l’une, je vole, je suis bien. Moi, je suis sur un petit nuage rose et blanc, en coton, c’est doux, c’est tiède, je suis bien ! Et elles s’endormaient en souriant.

 

Soleyne redescend de sa chambre, l’air dépité : et voilà, une paire de boucles d’oreille fichue ! Je n’ai pas retrouvé l’attache !

-Oh ce n’est pas bien grave ! Tu es aussi jolie sans rien tu sais, lui répond sa sœur pour la consoler. Allez, je vais t’aider à trouver trois désirs pour la fée. Te souviens-tu de nos dernières vacances en Espagne ? Te souviens-tu de ce que tu m’as dit un soir sur les Ramblas ? Ne me dis pas que tu as oublié ?

Soleyne éclate de rire : « Alors que les matelots joyeux déambulent dans les rues de Barcelone, deux jeunes filles rêvent au prince charmant !

-Tu l’as dit, tu vois bien toi aussi tu rêvais au prince charmant ! Alors on va la voir cette fée ?

 

 

Orane

 



01/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres