Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Portrait d'une femme complexée

Elle a une grâce quelque peu maladroite. Comme si elle avait honte d'avouer sa féminité. Pourtant c'est une femme. Et belle – d'une beauté vraie, au-delà du maquillage, une beauté exquise, profonde, qui naît dans son monde intérieur. Là-dedans, il fait beau – une contrée si riche en formes et couleurs. En blessures aussi, qui ne sont pas encore refermées.

 

Je la regarde. Pas longtemps, pas trop ouvertement – elle se fermerait tout de suite. De quoi a-t-elle peur ? Ne lui a-t-on jamais dit qu'elle est belle ? Ne l'a-t-on jamais aimée ? Personne ne s'est promené sur les sentiers de son cœur, de ce pays tellement beau, pour découvrir ses trésors ? Qui a pu emprisonner et étouffer sa joie de vivre ? Un père violent ? Une mère trop sévère, trop froide ?

 

Elle a peur de sourire. Mais quand enfin elle sourit - vite, peureusement -, quel éclair sur son visage, quelle chaleur dans son regard !

 

Il y a un tremblement dans tout son être. Elle a peur de parler, de regarder. Elle a peur de vivre. Comme si une voix lui disait sans arrêt que rien de ce qu'elle fait n'est bien. Au fond de ses yeux doux, de ces yeux de papillon qui n'a jamais osé sortir de son cocon, il y a un désespoir qui me déchire le cœur. Elle doit se dire : « Il est trop tard. J'aurais bien aimé sortir. J'aurais bien – ô tant ! - aimé vivre ! Mais il est trop tard. »

 

Gabriela



01/08/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres