Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

telier 2 - 2022 - sujet 4

a2s4.jpg

Las, sur un banc public, il faisait un somme,
Lui qui avait vu basculer sa vie d’homme,
Pour avoir trop joué  sans implorer le ciel
Sans jamais évoquer l’archange Ariel.
Profondément endormi, bercé par les fées,
Il rêvait que sa vie fut  enfin réchauffée
Par l’astre solaire tel que nous le voyions
Briller là-haut et nous inonder de rayons.
Il connaissait bien des chemins, des passages
Conduisant parfois à des lieux pas très sages,
Où consommer entraînait  l’éblouissement,
D’un éphémère et  très illusoire   calmant.
Il avait toujours refusé qu’on le recueille,
Préférant errer, caduc comme les feuilles.
Le vent frais se leva et le fit frémir.
Il trembla, ce n’était plus le temps de dormir.
Il allait mieux, il était temps qu’il se repose.
Il se leva et alla cueillir une rose,
Se déplaçant  dans ce jardin d’un pas très sûr,
Sous le soleil, clignant ses yeux d’un bleu azur.
Il voulait que cette fleur soit immortelle,
Pouvoir l’entourer d’un cornet  de dentelles,
L’offrir à une belle , venue de l’au-de,
Vêtue de bon goût et sans aucun falbala.

a2s4b.png
Mais il ne la trouva pas, quelle tristesse !
Mesquinerie ? Qu’est-ce cette  petitesse ?
Persuadé qu’elle allait  bien adorer
La beauté de cette rose, bien la respirer,
L’entourer d’une protection maternelle,
La couvrir de la douceur de ses prunelles...
Il s’imaginait sûrement  en prince charmant,
Maniant des mots courtisans divinement.
Mais la belle surgit et lui fit entendre
Que ce n’était pas avec de tels mots tendres
Qu’il pourrait sur son cœur à loisir rayonner.
Son cœur pris, elle n’avait plus rien à lui donner.
De chagrin il préféra retourner à ses chimères
Triste comme s’il avait perdu père et mère.

  Shunt - . 26.01.2022



07/02/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 360 autres membres